Le wali de Batna tance des responsables locaux

Le wali au milieu de la foule.
Le wali au milieu de la foule.

Le chef de l’exécutif, Siouda Abdelkhalek ,n'a cessé à chacune de ses sorties sur le terrain de brandir la menace de sanction à quelques entreprises et bureaux d'études en charge de la mise en œuvre des projets relevant de différents secteurs.

Hier lundi, le premier responsable de la wilaya s'est rendu dans la commune de Djarma afin d'inspecter les travaux de réalisation du fameux projet d'équestre qui devrait être opérationnel depuis bien l'année 2012, selon le ou les bureaux d'études, mais hélas le (fameux) projet club équestre situé dans la commune de Djarma, a connu plusieurs problèmes et changement de fiches techniques faute probablement de l'incompétence des uns et les retards des autres.

C’était mal parti dès le départ, puisqu’une erreur a été produite par les anciens responsables du bureau d'études, le directeur de la jeunesse et sport et le bureau des études de la DJS. Sans la consultation des professionnels, ces anciens responsables ont agi librement tout en se trempant sur la maquette du projet du club d'équitation. Pire cette maquette a été lamentablement copiée et tirée du site internet d'un projet de société de courses (ils ont tiré et télécharger un plan du projet de club appelé société de courses au lieu d'un club d'équitation de sports modernes ou sauts d'obstacles).

De ce fait, le wali a affiché son mécontentement dû au retard dans l'achèvement des travaux de chantiers provoqué par les entreprises et les quelques bureaux d'étude. Lors de sa visite Siouda Abdelkhalek a carrément piqué une colère en constatant le flagrant retard caractérisant notamment les travaux mal faits, mal finis. "C'est du bricolage, a-t-il lancé. Tout ça a trop duré".

Le premier responsable de Batna ne s'est pas empêché d'infliger des sanctions fermes. D'ailleurs il a pris la décision d'ôter carrément le projet à ladite entreprise et a mis fin au suivi d'un bureau d'étude tout en instruisant le directeur de la jeunesse et sports (DJS) de leur infliger sur le champs des mises en demeure via la presse, en plus de les ajouter dans la liste noire. Il les a même menacé de poursuite judicieuse, a-t-on appris auprès du chef de l’exécutif.

Abdelmadjid Benyahia

Plus d'articles de : Algérie

Commentaires (0) | Réagir ?