Le Raj a organisé son université d'été à Bejaia

Le Raj a organisé son université d'été à Bejaia

L'association du Rassemblement-actions-jeunesse (RAJ) a organisé pour la quatrième année son université d'été 2017 dans le camp dit MAM-Tour, situé dans la commune de Tichy relevant de la wilaya de Bougie sous le slogan "jeunesse et l'engagement politique".

"Cette rencontre nationale a réuni du 24 au 26 août 2017, plus de 250 personnes représentant plusieurs associations, syndicats, ONG, dynamiques sociales et autres venus de plusieurs régions du pays", a expliqué Farsaoui Abdelwahab, président de l'association RAJ, au Matin d'Algérie. Objectif ce cette rencontre ? Débattre ensemble de sujets qui intéressent la jeunesse et son devenir. Les travaux de l'université d'été du Raj ont été axés sur l’éducation, l’enseignement, la culture, la gouvernance, la migration et tolérance, l'égalité femme et l'homme, la politique de l'emploi et la jeunesse et les médias.. Un vaste programme.

Cette rencontre a permis aussi de capitaliser les travaux des universités d'été précédentes, mais aussi l'occasion de faire des retours sur des analyses et études menées sur terrain par l'association RAJ. Selon le président du Raj, Abdelwahab Farsaoui, "cet espace de débats a suscité l’adhésion et l’implication des acteurs associatifs avec des échanges intenses et riches en enseignements sur des thématiques abordées cette année".

Ce rendez-vous a permis également aux représentants des associatives et syndicats de se réunir et surtout de débattre des défis de l’heure, notamment sur le rôle de la société civile comme acteur porteur d’une vision et d’un projet de société moderne. "Toutes les voies qui permettront de renforcer, d’unir et d’approfondir les liens de solidarité ont été discutés et exploré dans le respect de la diversité et de l’autonomie des parties prenantes", a-t-on appris.

Notons la présence de Nacer Djabi, sociologue et chercheur et Nouredine Bouderba ancien syndicaliste, expert et consultant en relation de travail Plusieurs militants, cadres, chefs de mouvements associatifs, politiques, Ligue algérienne de défense des droits de l’homme, responsable du Centre documentation en droits de l’homme, Café littéraire, (CST) Comité de solidarité des travailleurs de la wilaya de Bejaia, Comité de défense et de sauvegarde des libertés (CDSL), Syndicat autonome, la Voix de l’enfant (SNAPAP ed) ainsi que d’autres membres des partis, (MDS, PST..) anciens maires et députés du FFS, ...

Abdelmadjid Benyahia

Plus d'articles de : Algérie

Commentaires (0) | Réagir ?