De deux signatures, Ouyahia enterre l’ère Tebboune

Ahmed Ouyahia
Ahmed Ouyahia

Deux décrets exécutifs, parus sur le Journal officiel dimanche matin, abrogent le décret exécutif n° 17-205 portant création d’une inspection générale auprès du Premier ministre.

Ahmed Ouyahia va vite et entend donner des assurances à ceux qui ont contribué à son retour à la primature. Première décision d’importance : l’arrêt net des mesures d’Abdelmadjid Tebboune. Comme celle de l’inspection générale dont la naissance remonte à seulement … deux mois. Cet organisme était censé contrôler les finances et politiques publiques et "l’application de la législation et de la règlementation régissant le fonctionnement des services de l’Etat, des collectivités territoriales, des entreprises, organismes. Et de fil en aiguille, cette inspection devait être amenée à contrôler les gros marchés octroyés aux privés. Suivez mon regard ! Ce qui devait également concerner le privé national soumis au même contrôle que promettait Tebboune.

Le Premier ministre a mis fin à l’autre mesure phare de Tebboune : les licences d’importation. Le décret précise que sont donc « annulées les dispositions du décret exécutif n° 17-202 du 27 Ramadhan 1438 correspondant au 22 juin 2017 modifiant et complétant le décret exécutif n° 15-306 du 24 Safar 1437 correspondant au 6 décembre 2015 fixant les conditions et les modalités d’application des régimes de licence d’importation ou d’exportation de produits et marchandises." Voilà la deuxième peletée sur la tombe de Tebboune. Au cours de sa première sortie samedi, Ouyahia a déclaré : "L'Algérie est un Etat de droit et possède tous les moyens pour faire respecter la loi par tous, notamment dans le domaine économique". En faisant sans doute allusion aux décisions de mise en place de licence d'importation par effet rétroactif, ce qui n'a pas été sans créer de sérieux problèmes à de nombreux importateurs piégés par cette mesure.

Faut-il rappeler que nombre de demandes déposées pour l'obtention des différentes licences l'importation avait atteint 1543 demandes. L’épisode a fait sortir les importateurs du bois pour une opération de lobbying qui a conduit Abdelmadjid Tebboune à quitter le premier ministère.

La rédaction

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (3) | Réagir ?

avatar
Caton L'ancien

L'abrogation du décret exécutif n° 17-205 portant création d’une inspection générale auprès du Premier ministre doit être considéré comme un acte de haute trahison envers le peuple et la nation algérienne; où est le conseil constitutionnel pour dire le droit et protéger notre pays de ses traîtres ?

avatar
oziris dzeus

en 1965 benb assurait l'intérim de presque tous les ministéres de son gouvernement,

en 2017, après avoir assuré par intérim le poste de ministre du commerce et une fois devenu premier ministre il garde pour lui la prérogative la plus importante du ministère du commerce et qui concerne les licences d'importation et ce n'est pas normal,

finalement cette inspection générale et la délivrance des licences d'importations peuvent devenir des moyens de pressions entre les mains d'un seul haut fonctionnaire,

la délivrance des licences est du ressort du ministère du commerce, et l’inspection générale doit dépendre soit :

- de l'autorité du chef supréme ou du ministère des finances,

et pas du tout du premier ministre qui devient automatiquement partie et juge,

avatar
moh arwal

D' ou tiens tu cette jurisprudence : Dis donc tu as l 'air d etre dans les secrtes du Dieu Ouyahia. Tu lui as rendu visite recemment?