Incendies de forêts : qui a intérêt à entretenir l'écran de fumée ? (I)

Près de 32 000 ha de couvert végétal partis en fumée depuis le début de l'été.
Près de 32 000 ha de couvert végétal partis en fumée depuis le début de l'été.

Pendant plus de six semaines, depuis la mi-juillet, l'actualité estivale algérienne était dominée par les incendies de forêts. Une confusion totale règne sur le plan de la communication. Cette dernière cèdera la place aux rumeurs les plus folles, relayées sur les réseaux sociaux et radio trottoir. Une espèce de stress, voire de déréliction humaine, s'installa chez les populations encerclées par le feu.

De lourdes interrogations et des accusations à tout va fusent de partout. Chacun y va de son "analyse" alarmiste et de sa chronique "psychosante", ignorant le plus souvent les réalités les plus aveuglantes et les principes élémentaires de l'information et de l'investigation. Pourtant, alarme et psychose étaient bien là. Il aurait suffi, pour les dire et les transmettre, de laisser l'objectivité se faire une place et ne pas enduire de politique politicienne tout ce qui bouge, tout ce qui s'enflamme et tout ce qui vient ajouter son poids de malheur à la déjà dure vie des populations rurales.

Ainsi, les médias, les réseaux sociaux, la rue et le traitement officiel de l'information relative aux incendies de forêts ont, chacun selon son niveau de responsabilité, contribué à jeter un écran de fumée sur les… fumées, bien réelles celles-là, qui ont recouvert, pendant plusieurs semaines, les massifs forestiers algériens, ou ce qui en reste après plus de vingt ans d'incendies, de coupes illicites, de défrichements anarchiques, d'occupation par les constructions,… etc. Les appréhensions du caricaturiste, qui voyait une véritable convergence létale entre la disparition de la forêt par les incendies, dans la partie Nord, et l'avancée du désert sur le front des Hauts Plateaux, ne sont malheureusement pas infondées. Elles expriment, en raccourcis, un processus inscrit dans la logique infernale de la mauvaise gouvernance des territoires, de l'économie et de l'environnement.

Aujourd'hui, l'heure est apparemment au pré-bilan. Car, pour le bilan des incendies de l'été 2017, il faudra attendre la fin octobre. Du moins, c'est là l'échéance officielle fixée par l'administration des forêts. Et l'on a déjà vu qu'une telle limite peut bien être dépassée, comme ce fut l'année passée, lorsque, à la première semaine de novembre, des dizaines d'hectares de forêts se sont volatilisées suite à des incendies qui se sont propagées sur toute la côte orientale de l'Algérie.

Près de 32 000 ha de couvert végétal partis en fumée

Le pré-bilan, tel qu'il apparaît, est d'abord constitué de ces chiffres officiels de l'administration; à savoir que, du 1er juin au 16 août 2017, il a été enregistré une superficie de 31 941 hectares parcourue par le feu, ayant été généré par 2 121 foyers.

Cette superficie se répartit comme suit : 15 543 ha de forêts, 7 904 ha de maquis et 8 494 ha de broussailles. Outre les forêts proprement dites, le feu a calciné des milliers d'arbres fruitiers (oliviers, amandiers, figuiers, abricotiers, poiriers, pêchers, néfliers,…), décimé le cheptel ovin, ovin, caprin de plusieurs dizaines d'éleveurs, comme il a réduit en cendres des centaines de ruches d'abeilles.

La dernière séquence de ce drame estival, c'est bien la demande d'un certain nombre de députés de l'Assemblée nationale pour la constitution d'une commission d'enquête parlementaire, tendant à faire la lumière sur les causes des incendies et les moyens dégagés pour en venir à bout. On ne sait pas encore le niveau d'avancement de la procédure, et si le président de l'Assemblée acceptera la demande formulée.

En tout état de cause, une telle initiative, aussi minoritaire dût-elle être, ne manque pas de désigner pour nous l'ampleur des dégâts et surtout les confusions qui entourent les causes des incendies et les volets de la prévention et de la lutte. En outre, la colère et le sentiment d'indignation des populations de certaines régions lourdement affectées, comme à Aït Yahia Moussa, dans la daïra de Drâa El Mizane, où- outre la forêt, les vergers arboricoles et le cheptel- il a été enregistré aussi la destruction de maisons et la mort de deux personnes, ne pouvaient pas laisser sans réaction les pouvoirs publics et les élus. La première sortie du ministre de l'Intérieur, Nourddine Bedoui, a été effectuée précisément dans cette région. Mais, ce ne fut, finalement, qu'un début, ce qui se passa en ce début juillet dans la wilaya de Tizi Ouzou. Deux semaines plus tard, c'est toute l'Algérie du Nord- des Bibans à l'Edough, en passant par les Babors, mais aussi par les monts de Tlemcen et Sidi Belabbès - qui sera ravagée par les flammes. Taourirt Ighil, Toudja, dans la wilaya de Bejaïa, Chréa et la Chiffa, dans la wilaya de Blida, Skikda, Annaba, Guelma, Souk Ahras, El Tarf et même une partie du Parc national d'El Kala, réserve de la biodiversité, garderont pour longtemps les séquelles d'un été de flammes, rappelant la saison de 2012 et, plus loin encore, celle de 1994 où périrent une dizaine de personnes à Toudja et furent éliminés des dizaines d'hectares d'oliviers.

Jusqu'au 17 août, les wilayas les plus touchées par les incendies selon les chiffres de la direction générale des forêts, sont Skikda (5 938 ha), Béjaïa (5 521 ha), Guelma (5418 ha), Tizi-Ouzou (2811 ha), Annaba (2460 ha), El-Tarf (2315 ha), Médéa (1620 ha) et Jijel (1116 ha).

Indemnisations problématiques

L'autre volet sur lequel se penche le ministère de l'Agriculture au cours de ces derniers jours, c'est la procédure d'indemnisation des propriétaires touchés par les incendies, particulièrement ceux ayant perdu des vergers arboricoles, du cheptel ou des ruches d'abeille. Après qu'une telle décision eut été prise par le gouvernement, il a été constaté une recrudescence et une aggravation des incendies. C'est le ministre de l'Intérieur lui-même qui en fit le constat dans une visite à El Tarf. Il avertira alors que les auteurs des incendies seront poursuivis en justice, que les indemnisations n'auront lieu qu'après l'établissement des enquêtes sur le terrain, et qu'il n'y aura pas de remboursement en numéraire. Autrement dit, aux victimes des incendies, il sera accordé de nouveaux plants fruitiers à mettre en terre dès l'ouverture de la saison de plantation, à la fin octobre, de nouvelles ruches et du cheptel en nature.

Le mot d'ordre qu'ont tenu à faire passer les ministères de l'Agriculture et de l'Intérieur, est : "Pas de chèque"!

Cette propension à mettre le feu à son champ pour être remboursé, si elle arrive à être établie par les enquêtes, est quand même surprenante. Et c'est sans doute l'une des questions qui meubleraient la feuille de route des parlementaires qui s'apprêtent à "aller au charbon", sans jeu de mot.

Inévitablement, le bilan de tous les dégâts occasionnés par les incendies reste à faire. Certains "accidents" rapportés par les correspondants locaux des journaux algériens, illustrent, par de menus exemples, certains des dégâts "non biologiques", à l'image du téléphérique desservant la petite ville de Seraïdi, sur le mont Edough à partir de Annaba, lequel a vu ses lignes électriques (sur un linéaire de près de 2,5 km) ravagées par les flammes, ce qui l'a condamné à l'arrêt. Sur cette même belle montagne, l'Edough, véritable station climatique faisant face à la mer à une altitude de 800 m, le couvert forestier a été ravagé sur plusieurs centaines d'hectares. (A suivre)

| Lire la suite : Incendies de forêts : qui a intérêt à entretenir l'écran de fumée ? (II)

Iguer Moumène

Plus d'articles de : Analyse

Commentaires (4) | Réagir ?

avatar
Atala Atlale

@Massine Ait Ameur. D'accord avec vous sauf sur "une origine politico-raciste".

Ce genre d'actes criminels pourraient bien avoir comme mobile essentiel l'accaparement de ces parties du territoire national, pour des projets immobiliers, c'est probable mais il faudrait en être sûr car cela relève du pénal. Mais au préalable il faudrait faire des enquêtes, avons nous la possibilité d'avoir des investigations par des journalistes conscients de nos richesses florales et faune aussi !? Ne pouvons nous créer une espèce de greenpeace algérienne justement là où nos richesses sont menacées. L'Algérie ressemble à une bête à terre que toutes sortes de prédateurs dépècent impunément sans qu'aucune entité détentrice d'une autorité ne veuille intervenir !!

L'Algérie est notre pays nous n'avons pas d'autre de rechange !!

Je redoute qu'une espèce de leucémie ait atteint l'immunité du corps de notre pays ! Et dans ce cas l'avenir sera très sombre !

avatar
Massinissa Umerri

Je deteste gacher la fiesta, mais ici aux USA, la NASA et les Universite's et Associations qui trackent les flux des comettes et autres, rapportent pas d'activite' pas loin du systeme solaire, de cailloux dont certains plusieurs fois la terre ou J

visualisation: 2 / 3