Que cache la controverse des Bouteflika contre Abdelmadjid Tebboune ?

Abdelaziz Bouteflika.
Abdelaziz Bouteflika.

Qui a dit qu'on s'ennuyait en Algérie avec un pouvoir pareil ? Alors que les Algériens cherchent un coin de fraîcheur, en haut lieu on sort les couteaux pour régler les comptes en public.

Alors que Ennahar TV révélait que le Président Bouteflika était mécontent de l’action menée contre les "oligarques" par son Premier ministre Abdelmadjid Tebboune, ce dernier, de passage à Paris, s'entretenait à Matignon avec le premier ministre français, Édouard Philippe. Certains voyaient très vite dans cette rencontre une recherche du potentiel soutien de Paris dans son affrontement avec Saïd Bouteflika. Voire !

Alors qu'Abdelmadjid Tebboune était à Paris, la chaîne Ennahar TV révèle que le chef de l’État Abdelaziz Bouteflika serait fort mécontent de l’action et de la méthode de ce Premier ministre. Courcircuitant Tebboune, il a envoyé des instructions directement aux ministres pour leur demander de "mettre fin à l’anarchie née des dernières initiatives" prises par l’Exécutif. Cette mesure rendue publique est un cinglant aveu pour le Premier ministre parti en guerre contre les importateurs et des hommes d'affaires proches du clan au pouvoir, dont le premier est Ali Haddad. Semblant se réveiller devant une situation qui dure depuis des mois, le président veut lever les mesures de blocage de marchandises dans les ports.

Le président Bouteflika aurait par ailleurs demandé à Tebboune, selon cette chaîne de télévision proche de Said Bouteflika, de "respecter les textes de loi" dans la conduite de l’action de son gouvernement. Venant au secours des oligarques, il se serait déclaré agacé par ce qu’il aurait qualifié de "harcèlement" contre les hommes d’affaires.

Depuis juillet où les journaux étalaient leurs informations sur un Tebboune parti en guerre contre Haddad and co jusqu'à hier, on passe du tout au tout. Du Premier ministre chargé d'une mission "mains propres" sur laquelle la justice n'avait pas encore prise, on découvre un désaveu public du président ! Renversant ! A quoi joue-t-on en haut lieu finalement ? Pourquoi cette cacophonie alors que les forêts brûlent par milliers d'hectares et les Algériens souffrent de la canicule ? Y a-t-il un pilote dans l'avion Algérie ?

Il y a plus inquiétant encore. L'entregent du frère conseiller du président qui encombre la scène nationale. Son exposition en compagnie d'Ali Haddad à un moment où le groupe de ce dernier était dans le viseur du Premier ministre laisse clairement entendre des intentions de Said Bouteflika à jouer le rôle de son frère aîné.

Mais pas seulement. Cette sortie du président interpelle par la manière et le moment choisi. Il y a d'abord son état de santé. Même les informations demeurent très parcellaires sur le sujet, il en est qui le disent très affaibli. Et l'échéance de 2019 taraude l'esprit de ses proches dont le premier d'entre eux son frère-conseiller qui entend peser de tout son poids pour s'imposer.

En attendant, il y a la nature de l'homme au pouvoir. Secret, Abdelaziz Bouteflika est réputé comme étant un homme qui souffle le chaud et le froid, se jouant même des uns et des autres. De leur agenda et des ambitions qui les animent.

Dans cet épisode pour le moins énigmatique mais très emblématique du dysfonctionnement des institutions de l'Etat, le premier ministre en sort affaibli. Après avoir salué sa "croisade" contre les oligarques, des voix parmi les soutiens patentés du clan au pouvoir s'élèvent pour demander son limogeage. Un seul perdant pour l'heure : l'Algérie. Des vainqueurs : les oligarques et le clan au pouvoir. La suite ? Les jours prochains nous la révéleront.

Yacine K.

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (4) | Réagir ?

avatar
samir mderci

Tebboune n'est il pas su clan, non bien sur mais il a été drivé au poste de premier ministre par quel sous clan du grand clan informel et officiel ddit par euphémisme "Clan présidentiel.

Question à deux sous combien de sous clans existent ?

Certains plus qu'informés pensent au sous clan de Gaid Salah qui en plus de Bedoui ministre de l'intérieur a un joker premier ministre, oh la la et encore serait il une simple dégaine à l'envoi en retraite de quelques généraux majors intimes du grand chef de l'armée?

Et puis Tebboune avec ses anciens démêlés de Khalifa Bank a aussi un grand milliardaire ami si Hamel d'Adrar et zouia et consorts, un crésus des affaires, donc Ali Haddad qui parait il a acheté une banque en Espagne sera t il la seule cible d'un autre sous clan pour en affaiblir l'autre sous clan de la diaspora clanique dite présidentielle...

Et ssidi Said qui a juré parait il d'avoir la tete de Tebboune ne semble pas avoir les moyens d'envoyer les ouvriers en émeutes, Toufik gravement malade en ces jours a Ain Naadja semble compliquer la conjoncture actuelle en cas de décès, n'est ce pas ya si Ouyahia, et vogue la galère des pirates du sommet pas aux caraibes mais entre Al Mouradia, le M D N et le palais de Tebboune et Bedoui tous les deux dans le même édifice.....

avatar
Massinissa Umerri

Les "clans ???" - Mais voyons l'ami, il y a le regime et il y a les Populations, que vous pouvez appeler "Beuble" ou "meuble" (de decoration, sous-enttedu). Il est bipolaire certes, mais Camps, il n'y en a que 2: Ceux qui sont morts "DEBOUT", couteau dans le dos ou quelconque autre mathode de traitre, et puis il y a les rabs, qui tiennent les vannes/robinets - du gaz et petrole et toute autre matiere en laquelle ils se transforment - essentiellement le Dollar... Le reste comme l'a dit l'autre, de la literature Web !

avatar
Rabah IBN ABDELAZIZ

Bonjour Monsieur YACINE, pensez vous honnêtement que ce pays à un président propre ?. Pensez vous que l'Algérie est un pays normal comme tout autres pays au monde ?. L'Algérie est colonisée par un clan mafieux est le chef suprême de cette mafia, n'est autre que abdekka le malheur de cette Algérie ?. Il est l'instigateur du malheur de notre pays, depuis bien avant le 19 mars 1962. C'est lui est ses chefs de l'époque : boussouf, oufkir, et dans la foulée, ils ont récupérés : Boumediène, Medeghri, et d'autres. Le MALG, est une association mafieuses qui à tout organisée et pris le pouvoir dès mars 62. Le bouteflika et sa fratrie et son clan, sont là pour finir le travail ?. Saboter, appauvrir ce pays et son peuple, dominé la populace, et maintenant on arrivent au terme d'un plan ?. On nomme, on dégomme, les premiers ministres, les chefs du fln et rnd, comme bons leurs semble ?. La fin de l'histoire est très proche : le limogeage de TEBBOUNE et quelques ministres sérieux, et sans oublier Gaïd Salah qui est pas loin de rejoindre Si TOUFIK le vrai Moudjahed, tout comme Si Ben Hddid ?. Et la boucle sera boucler ?. 2019 : l'e frère d'el mouradia président et khallil premier voleur en puissance pour gouverner ce patelin nommé Algérie.

L'image de l'enterrement de Si Redha Malek, ont est la démonstration flagrante du système bouteflika, ou du moins de son frère avec ouyahya le kabyle de service, il sera éjecter le jour -J. Bonne journée à vous toutes et tous.

visualisation: 2 / 3