Le journal "La Tribune" au milieu du gué

Le journal "La Tribune" au milieu du gué

Le quotidien La Tribune traverse une grave crise actuellement. Deux de ses actionnaires ont pris la décision de ne plus faire paraître le journal.

Cherif Tifaoui et Djamel Djerrad, deux actionnaires, avaient pris la décision d'arrêter la parution du journal dans la matinée. Raison invoquée ? "Des soucis administratifs depuis le décès de Hassan Bachir Cherif, ancien directeur. "Il est inadmissible qu'un journal soit fermé pour des soucis administratifs combien même ces derniers soient réels et complexes", s'insurge le collectif.

Pour autant, rien n'est perdu, si l'on en croit ses salariés. "Un journal n'est pas un local commercial que l'on ferme dès que les héritiers n'arrivent pas à s'entendre. Un journal c'est d'abord une propriété intellectuelle de ceux qui l'ont fait et ceux qui continuent à le faire depuis son lancement en 1994", affirme le collectif de la Tribune dans un communiqué.

Le collecti refuse "une telle mise à mort du journal et appelle tous les responsables, à tous les niveaux et ayant la moindre once de pouvoir décisionnel, à réagir pour trouver une ou des solution(s) - un échéancier pour le paiement des dettes par exemple- qui permettraient au journal de continuer à jouer son rôle de média et de vecteur d’information. En attendant ces solutions, le collectif a décidé de poursuivre son travail et de maintenir, tant qu’il pourra, la Tribune en vie."

La Tribune a perdu son directeur Hassan Bachir Cherif, décédé le 4 juin dernier. Ce qui a semble-t-il compliqué le fonctionnement du journal. Cependant en attendant la réunion du Conseil d'administration qui décidera de la "vie" ou de la "mort" du journal, le collectif des salariés maintient le cap.

La rédaction

Plus d'articles de : Algérie

Commentaires (0) | Réagir ?