Le CLA soutient les grévistes et démissionnaires de l'hôpital d'Ain-Oussara

Le CLA soutient les grévistes et démissionnaires de l'hôpital d'Ain-Oussara

Le Conseil dex lycées d'Algérie apporte son soutien au personnel hospitalier d'Ain Oussara entré en grève après l'emprisonnement de l'une de leur collègue.

Suite à la protestation de dizaines de travailleurs y compris médecins, sages-femmes, agents de sécurité et même des femmes de ménage de l'hôpital de Ain Oussara demandant la libération de leur collègue emprisonnée injustement par abus de pouvoir et de l'humiliation dont a été victime tout le corps hospitalier, suivi par licenciement de leur directeur par le directeur de la santé de la wilaya, après une visite d'inspection du wali le vendredi 04 août 2017 considéré comme journée de repos.

En l'absence de tout dialogue avant toute prise de décision en rappelant que tout licenciement de cadre hospitalier ne peut-être signé que par le ministre de la santé en indiquant les raisons. Cet état de fait et vu qu'aucune autorité à l'intérieur de la wilaya ou à l'extérieur ne veut dialoguer avec les travailleurs, ces derniers ont décidé d'endurcir leur mouvement.

- Vu que la protestation dû à l'absence de dialogue, s'aggrave, poussant les travailleurs à observer une grève suivi de sit-in à l'intérieur et à l'extérieur de l'établissement.

- Vu que le climat de pourrissement observé ainsi que la sensation de "hogra" ressentie par les travailleurs dans cet hôpital a poussé certains travailleurs de démissionner collectivement.

Le Conseil des enseignants des lycées d'Algérie, soutient la lutte des travailleurs de l'hôpital d'Ain Oussara qui sont déjà au 3ème jour de grève, de sit-in allant jusqu'à la démission collective exigeant le rétablissement des droits de leur collègue emprisonnée par abus de pouvoir ainsi que celle de leur directeur licencier sans passer par un conseil de discipline, tout en considérant que tous les citoyens ont droit aux soins de santé.

Le CLA considère que ce qui s'est passé à Ain-Oussara peut se répéter dans d'autres hôpitaux vu les moyens mis à la disposition des établissements publiques.

Nous exprimons notre solidarité avec les grévistes. Nous appelons les organisations syndicales et particulièrement hospitalières à soutenir les exigences justes des travailleurs de l'hôpital d'Ain-Oussara

P/le bureau national

Hakem Bachir Porte-parole du CLA

Plus d'articles de : Communiqués

Commentaires (1) | Réagir ?

avatar
Aghioul Aghyoul

Il y a eu quand même 7 femmes enceintes qui décédèrent dans des circonstantes similaires les 7 moirs précédents la mort de celle-ci. Donc au total 8 femmes ont perdu leur vie à cause de ce même hôpital dans cette même année. Une enquête approfondie soit conduite pour déterminer les responsabilitiés de chacun et limoger sur le champ ceux dont la responsabilité s'avère claire (notamment le directeur de l'hôpital).

Maintenant à voir des lycéens d'Alger dont je n'ai jamais entendu parler auapravant, au passage, se plaindre que l'état (auquel je n'ai aucune sympathie) sanctionne des incompétents et des terroristes s'accaprant des sièges sensibles à l'hôpital pour ne rien faire à part servir leur propres proches ou ceux qui les soudoient, c'est vraiment le sommet de la décadence.