La conquête du pouvoir par le business, une vieille histoire algérienne

La dernière mise en scène entre Said Bouteflika et Ali Haddad au cimetière d'El Allia renseigne sur les moeurs politico-affairistes du pays.
La dernière mise en scène entre Said Bouteflika et Ali Haddad au cimetière d'El Allia renseigne sur les moeurs politico-affairistes du pays.

En Algérie, en l’absence de la circulation d’informations crédibles car manipulées par une faune de "spécialistes" servis par la légendaire opacité du pouvoir, il y a deux façons de lire un évènement.

La première c’est tomber dans le piège de ces manipulateurs en spéculant car on se croit plus malins que tout le monde. La seconde manière, c’est d’éviter de tomber dans le piège tendu et aller chercher quelque lumière dans l’histoire qui finit par faire remonter quelque vérité sur la scène publique. Ainsi les derniers bizbiz entre les politiques et les affairistes font partis du processus des hauts et des bas des relations entre le politique et l’économie. Sauf que l’un des acteurs imposent sa ‘’loi’’ en fonction de la période historique et du rapport de force politique. C’est arrivé hier et ailleurs. Ce fut même l’objet d’une grande révolution qui fit entrer dans l’histoire une catégorie sociale appelée bourgeoisie bousculant un roi français de droit divin (Louis XVI) après avoir "accouché" d’une économie de marché (capitaliste) qui torpilla l’économie féodale de l’aristocratie.

Chez nous, pour l’instant notre "bourgeoisie" pour des raisons de parenthèse coloniale n’a pas l’étoffe des capitaines d’industrie qui font la gloire d’autres pays.

Pour des raisons historiques, c’est l’Etat qui prit en main dès l’indépendance l’économie du pays. Ce fut ce qu’on appela le capitalisme d’Etat, passage imposé par l’histoire à un pays ex-colonisé selon certains doctrinaires du développement économique. Une étape ‘’nécessaire’’ pour donner le temps à une nouvelle catégorie sociale de naître à l’ombre de l’Etat. Tant que ces ‘’affairistes’’ dépendaient du bon vouloir de l’Etat, il ne pouvait pas faire des vagues car faibles et bénéficiant des largesses des prêts de ce même Etat pour commencer et fructifier leurs affaires. Voilà schématiquement le point de départ d’un processus qui a engendré la naissance de nos hommes "d’affaires"…

Quand on enterra la séquence "socialiste" sans musique ni trompette, on loua l’émergence du libéralisme qui devient un horizon ‘’indépassable’’ de certaines catégories sociales de la nouvelle formation sociale algérienne. On ne se posa même pas la question de la faisabilité du libéralisme alors que des pays mieux dotés en moyens industriels et démocratiques goûtaient déjà aux délices de la crise.

En vérité, le pays dès le départ n’a cessé de pratiquer le déni des réalités pour masquer la complexité des problèmes qui se pose à un pays jeune, ex-colonisé et ne faisant pas grand cas des avis des citoyens. La presse à cette époque ne pouvait jouer son rôle d’alerte en direction de la société. Sans doute par la désertification du champ médiatique par un régime qui a élevé l’opacité en reine de la communication. Mais aussi à cause des pesanteurs idéologiques et quelques peurs qui cadenassent les esprits…

Passons en revue quelques évènements récents pour mieux cerner la dernière friction de "Tebbounne/Haddad".

Il eut la "mise à le retraite" du chef du DRS (1). L’information a fait certes couler beaucoup d’encre parce qu’elle a "dévisagé" le mystérieux chef du non moins mystérieux service secret qui séduit et fait peur à la fois. Pour beaucoup, la décision du président de la république entrait naturellement dans le cadre de la sempiternelle lutte des clans. Évidemment on ne peut se satisfaire de cette explication quand un pilier sinon le pilier de l’Etat est mis aussi facilement à l’écart par un simple communiqué de la présidence. Une telle décision ne se prend pas à la légère. Elle suppose du temps et un long processus pour faire admettre que le pouvoir ne se partage pas. On le sait depuis toujours et Machiavel l’a théorisé. Avec une telle décision, la présidence a ainsi conquis la totalité des moyens pour faire face à une situation qui nécessite d’être gérée au plus près du rapport de force politique à l’intérieur du pays.

On procéda aussi au moyen de la tactique de la chaise musicale pour se débarrasser de ceux qui ne faisaient plus les affaires du moment. On "licencie" le secrétaire général du FLN (Belkhadem) chef de file d’une pale orthodoxie du Parti FLN pour le remplacer par un autre, Amar Saâdani qui ouvrit les portes à la catégorie sociale de la chkara. Celle-ci eut "quelques heures" de gloire et se croyait intouchable. Une fois le recruteur des chkara ayant rempli sa mission, on le débarqua à son tour. Son successeur Djamal Ould Abbès déclencha alors ‘’la guerre’’ contre ces nouveaux parvenus de la chkara pour en quelque sorte rééquilibrer le rapport de force dans le champ politique. La "guerre" contre ces chkara devenait une nécessité de haute politique d’autant que ces hommes du bizness avaient commis l’erreur de s’aventurer dans le domaine ô combien miné de la politique et de la diplomatie (incident lors d’un forum international où l’on vit Sellal, le premier ministre, quitter ostensiblement les lieux). On allait faire comprendre à ces novices que c’est le politique qui les a fait roi. Cette injonction fut faite publiquement par le nouveau premier ministre Tebboune qui interdit l’entrée dans une réunion qu’il présidait au représentant du patronat (Haddad).

On ne peut réduire ce genre d’incident à un simple et habituel conflit entre clans. Ce genre de clash passe facilement les frontières du pays et peut avoir quelque conséquence dans les milieux d’affaires à l’étranger. Il faut donc analyser avec une certaine prudence cet évènement selon les règles ‘’universelles’’ des rapports entre le politique et l’économique que l’on voit dans le monde entier. Les frictions entre ces deux mondes sont ‘’naturelles’’ car le politique ne peut rester silencieux… il est le Pouvoir et ses soucis sont autres que la recherche effrénée des résultats immédiats (profit) chère au monde économique. En Algérie plus qu’ailleurs le politique est le seul maître à bord d’autant qu’il a en face de lui une catégorie sociale qui est loin d’avoir le poids des patronats du monde capitaliste. Dans la conjoncture actuelle, chute des prix du pétrole qui nécessite que l’on fasse le ménage pour que le navire Algérie ne sombre pas dans les eaux houleuses de la féroce compétition du marché pétrolier. Ce manque à gagner du seul produit exportable entraine d’ores et déjà des problèmes sociaux que l’on ne peut plus résoudre à coups de subventions pour avoir la paix sociale.

La lutte actuelle se déroule entre le politique gestionnaire et responsable à la fois de prérogatives régaliennes de l’État mais aussi patron des entreprises nationales du fameux capitalisme d’Etat. En face de lui, des catégories sociales émergent et réclament la "liberté" de travailler sans ingérence du politique. On en est là, des représentants du capitalisme d’État face à un capitalisme sauvage en formation. Mais comme tout ce monde a jusque-là cohabité, il trouvera un terrain d’entente selon la bonne méthode du juste milieu, label du consensus à l’algérienne. De toute manière, ce monde fermé ne peut faire autrement car le navire Algérie tangue dans une mer agitée et ce n’est pas le moment pour le dit tout le monde de se tirer une balle dans les pieds. Nous avons vu au début de l’article que l’affrontement directe se déroule quand il y a renversement du rapport de force.

Pour l’heure, coincé entre une crise grave et une vision conservatrice dominante dans le pays, l’intérêt de ce monde est de laisser passer l’orage et reprendre leur bizbiz quand le danger passera.

Ali Akika, cinéaste

Notes

(1) J’ai écrit un article sur cet évènement pour évaluer la grande portée politique d’une telle "démission". Hélas l’article doit "patienter" dans les tiroirs du journal en question.

Plus d'articles de : Opinion

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
oziris dzeus

dans ce pays y a pas de riches

y a seulement des gens qui ont de l'argent,

être riche c'est toute une culture, on devient riche par le travail de toute une vie, et non pas par l'affairisme ce qui est le cas dans ce pays,

y a une sacrée différence entre entreprendre et prendre,

avatar
elvez Elbaz

Bouteflika n 'est pas revenu pour gerer, reformer, développer et faire prospérer ce pays que l'on lui a mis, inconsciemment, entre ses mains !

Souvenez vous, même boukharouba mohamed dit houari boumedienne, s en méfiait; lorsqu il nationalisa les hydrocarbures algeriens, bouteflika a été tenu au secret, et pas informé de cette grande décision de souverainété nationale!

Bouteflika n'est revenu que pour satisfaire ses frasques de mégalomane esbrouffe, qui a utilisé de tout le temps le pays, l'algérie, pour être et paraître!

La manne pétroliére, hélas, lui a donné l'occasion de mettre en pratique clanique cette mégalomanie.

IL CHANTAIT DEBLATERAIT ET DEPENSAIT claniquement, et quand cette disette pétroliere fut venue depuis peu, il ne reste à L' ALGERIE DEPOUILLEE QUE DE DANSER MAINTENANT!

-Pousse pas trop fort le "fauteuil roulant" khouya ahbibi said !çà me secoue fort et me donne des vertiges!

Les vertiges c'est pas bon pour ma "petite santé" et pour tenir "mon royaume d alger"!

WAkhaq A MOULAY sidi khouya abdelaziz 1é!

Dis moi khouya ahbibi, Yek le peuple a voté?!

Le peuple a voté et a bien voté !MOULAY sidi khouya abdelaziz 1é et les élections BIEN VALIDEES !!

Et LE MAKHZEN koulchi bikhir....., ?

Koulchi bikhir MOULAY SIDI KHOUYA.... !

L'ex vizir premier du makhzen, HACHA REZ' K RABI, M EN DONNE DES NOUVELLES REGULIEREMENT...... !