Pourquoi a-t-on fait "ça" à Abdelmadjid Tebboune ?

Abdelmadjid Tebboune traîné dans la boue.
Abdelmadjid Tebboune traîné dans la boue.

Abdelmadjid Tebboune faisait son travail de premier ministre le plus normalement du monde, jusqu’au jour où, pour des raisons occultes, on l’a envoyé aux charbons avec pour mission de séparer la politique du monde des affaires.

L’air bonasse et manquant visiblement d’expérience à ce niveau de responsabilité, Abdelmadjid Tebboune a accepté sans rechigner une mission somme toute suicidaire. Pour donner du poids à son audace, il n’a pas manqué de rappeler aux sceptiques qu’il avait le soutien du chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika.

C’était tellement beau pour être vrai ! Un premier ministre algérien, issu du sérail, qui s’attaque publiquement au président du FCE, Ali Haddad, enfanté par le même sérail, c’était du jamais vu, il faut l’avouer. Tous les initiés avaient toutefois pronostiqué une victoire d’Ali Haddad sur Abdelmadjid Tebboune, et ils avaient vu juste.

Reste à savoir maintenant dans quel but a-t-on fait "ça" à Abdelmadjid Tebboune, et pourquoi le chef de l’Etat n’a-t-il pas levé le petit doigt pour éviter à Abdelmadjid Tebboune d’être traîné dans la boue ? L’hypothèse la plus plausible est que Abdelaziz Bouteflika n’est concerné ni de près, ni de loin, par cette affaire.

Une autre hypothèse laisse penser aussi que c’est quelqu’un de l’entourage du chef de l’Etat qui a poussé Abdelmadjid Tebboune à opérer de la sorte. Et quand Saïd Bouteflika s’est invité dans ce jeu trouble en affichant clairement son soutien à Ali Haddad, le premier ministre a tout compris, même s’il était déjà trop tard.

A moins que ce ne soit plus compliqué encore. Il se pourrait, en effet, que Saïd Bouteflika ait agi dans cette affaire comme celui qui mange avec le loup et pleure avec le berger.

En sortant dernièrement dans la rue manifester son soutien à Rachid Boudjedra victime d’une caméra cachée, Saïd Bouteflika avait inauguré un nouveau modus operandi. Le scénario du cimetière d’El Alia en fait partie, et tout porte à croire que Saïd Bouteflika n’en restera pas là, il nous réservera sûrement d’autres bonnes, ou mauvaises, surprises, c’est selon.

L’enjeu est de taille ! Il n’est ni plus ni moins qu’une possible candidature de Saïd Bouteflika à l’élection présidentielle d’avril 2019.

Ahcène Bettahar

Plus d'articles de : Politique

Commentaires (8) | Réagir ?

avatar
siosanal lansois

" EL kelma lik ou elma3na ldjarek" c est bien joue et très bien orchestré. les rapaces ont bien compris: " freinez un peu votre "pompage" et reprenez apres les elections.

avatar
Algerie Algerienne

le president algrien actuel est séquestré par son frère said. il est pris en hotage et sera libéré mort ou vivant en 2019.... ceci dit apres les elections.

said bouteflika est aide par des services étrangers pour gagner les elections et contrôler le pays.

visualisation: 2 / 7