"93% des détendeurs de gaz testés sont non conformes", annonce le ministère du Commerce

"93% des détendeurs de gaz testés sont non conformes", annonce le ministère du Commerce

Cette information rendue publique par le ministère du Commerce à l'issue d'une enquête donne dans le dos.

Des appareils de chauffage à gaz écoulés sur le marché national sont considérées des bombes domestiques. Ces dernières années, il n’y a pas un jour sans que la presse ne fasse l’écho d’accident domestique dû à une fuite de gaz. Pour y voir plus clair, le ministère du Commerce a diligenté une enquête. Les investigations ont ciblé quatre types d'appareils à gaz, les plus usités par le consommateur et pouvant constituer un risque potentiel pour sa sécurité, selon le département du Commerce : les chauffages à gaz, les réchauds de lessiveuse (Tabounas), les détendeurs à gaz et les chauffe- bains.

Résultat ? "Le taux de non-conformité le plus élevé, relevé lors de la réalisation de cette enquête, concerne les détendeurs à gaz, dont 93% des échantillons testés, ne répondent pas aux exigences normatives de sécurité et celles liées à l'information du consommateur, exception faite pour les produits Naftal". Les Algériens sont avertis. Cela veut dire que vous avez 93% de malchance d'acquérir un détendeur qui pourrait semer la mort dans votre foyer. Que fait-on en haut lieu pour prévenir ? Pas de panique, nous disent-ils !

Le ministère assure qu’un contrôle systématique, tant au niveau des frontières que sur le marché national est effectué. Par ailleurs, il soutient que des opérations de contrôle sont effectuées au « niveau du marché, notamment, auprès du commerce de gros et de détail de la droguerie et de la quincaillerie, pour procéder au retrait définitif des détendeurs à gaz, ne comportant pas sur leur étiquetage l'identité de l'importateur". Le communiqué recommande aux consommateurs de prêter "une attention particulière lors de l'achat du détendeur à gaz, en s'assurant de l'existence de l'étiquetage du produit, qui doit porter les mentions se rapportant à l'identification de l'importateur, en l'occurrence, le nom et l'adresse de l'importateur".

La rédaction

Plus d'articles de : Economie-Finance

Commentaires (0) | Réagir ?