Les consulats de France en Algérie mettent de nouvelles conditions aux étudiants

Les consulats de France en Algérie mettent de nouvelles conditions aux étudiants

C’est l’information que rapporte dans ce communiqué l'Union des étudiants algérien de France (Ueaf)

C'est avec stupéfaction que nous avons appris la nouvelle condition d'hébergement imposée aux demandeurs de visa d'étude dans les consulats français en Algérie.

Jusqu'à cette semaine, le consulat de France à travers l'agence TLS contact, exige aux demandeurs de visa d'étude de justifier de leur hébergement sur le territoire français par une attestation d’hébergement faite par une personne résidante sur le territoire français, une réservation d'hôtel ou bien une demande/attribution d'un logement au Crous.

Depuis, le consulat a pris la décision de mettre une nouvelle mesure afin d'exiger aux demandeurs de visa d'étude l'obligation de payer 30% de la réservation d'hôtel effectuée.

Cela constitue une atteinte grave à l'égalité de traitement entre les demandeurs de visa d'étude, d'autant plus que cette mesure concerne uniquement les Algériens, ce qui est discriminatoire.

Nous avons vérifié sur les sites de TLS contact, à notre grand étonnement, nous avons constaté que le consulat français n'exige nullement le paiement de la réservation d'hôtel aux Marocains et Tunisiens.

Cette mesure est injustifiée et surtout ne repose sur aucune loi. Les étudiants algériens sont confus alors qu'ils ont consenti d'énormes efforts et se sont investis moralement et financièrement afin de réussir ce dur parcours de combattant pour déposer leur visa.

Cette mesure discriminatoire constitue une rupture d'égalité de traitement entre les demandeurs de visa car des centaines d'étudiants ont obtenu leur visa avant l'instauration de cette nouvelle mesure.

Cette situation démontre encore une fois la volonté de la France d’accentuer sa sélection sociale des étudiants.

Nous exigeons la levée immédiate de cette mesure, de rétablir les conditions de départ et de les aligner avec les conditions exigées à d’autres pays.

Billal Latbi

Vice-président du CROUS de Créteil, (Union des étudiants algérien de France (Ueaf)

Plus d'articles de : Communiqués

Commentaires (7) | Réagir ?

avatar
hamid djeffer

ce sont des bandits, ils ne sont pas des ediants

avatar
Rabah IBN ABDELAZIZ

Cette histoire bancale sont les consignes donnés par le clan mafieux au pouvoir ?. Cette restriction est uniquement pour l'Algérien lambda, mais pas pour les rejetons du clan mafieux, parce qu'ils ont tout simplement la nationalité Française comme leurs géniteurs ?.

visualisation: 2 / 6