Un journaliste tabassé par un gendarme à Tiaret

Un journaliste tabassé par un gendarme à Tiaret

Un confrère du quotidien francophone "Réflexion" M. Berbiha Abdelkader,a été pris à partie par un gendarme, mercredi 27 juillet, dans un barrage de la gendarmerie entre Tiaret et Frenda, il a eu la malchance de croiser un gendarme "zélé" qui lui a infligé deux pairs de coups de points, a-t-on appris de la victime.

La victime, Berrbiha, âgée de 61 ans, souffre d'un AVC dont les séquelles sont apparentes, lance un appel aux autorités compétentes afin de mettre un terme aux actes de violence dont les journaliste en particulier et les citoyens en général font souvent objet de la part de certains membres des services de sécurité. Interrogé sur l’origine de cette agression, la victime affirme qu’il s’agit d’un acte délibéré de la part de ce gendarme indélicat et aucune raison n'était apparente.

Le journaliste a voulu s'interposer afin de convaincre le gendarme que le chauffeur du taxi n'a pas utilisé son téléphone portable pendant la conduite. Bien que le journaliste ait décliné son identité et sa fonction, le gendarme maintient son refus de l'entendre et "c’était loin de calmer l’impulsion inexplicable de la colère du gendarme qui n’a pas hésité à le rouer de coups jusqu’à ce qu’il perde connaissance", nous a-t-il expliqué. Nous suivons de très près l’évolution de cette affaire.

De Tiaret, K. O.

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (3) | Réagir ?

avatar
Atala Atlale

Que fait cet individu au sein d'un corps de sécurité ? Faudrait-il une nouvelle secousse pour imposer le respect des civils ? Faudrait-il appartenir au corps de sécurité pour faire sanctionner les auteurs de tels actes inadmissibles ou est-il tout simplement déposer plainte et obtenir réparations ? État de droit où est tu ?

avatar
khelaf hellal

Ce sont les agressions et les brimades de ce genre qui ont déclenché le soulèvement des AArouchs qui ont embrasé la Kabylie à une certaine époque.

visualisation: 2 / 3