De la culture pour tous !

La civilisation millénaire qui a marquée l'Algérie est laissée à l'abandon
La civilisation millénaire qui a marquée l'Algérie est laissée à l'abandon

Quand, au début des années 1970, le poète Kateb Yacine a eu l'idée combien extra ordinaire de faire du théâtre populaire dans toutes les villes algériennes, il ne visait sûrement qu'une seule chose : «vulgariser la culture» et gagner le cœur de l'Algérie profonde.

Sorti aussi traumatisé qu'exsangue d'une atroce guerre coloniale, et fragilisé, juste après, par le dogmatisme du parti unique, le pays n'attendait alors que le secours de ses élites pour se soigner et se relever de sa chute. S'en étant rendu compte, le dramaturge rebelle s'est rapidement inspiré de l'expérience féconde du poète andalou Federico García Lorca, esquissée à l'aube des années 1930. Conscient de l'affaiblissement de l'Espagne suite à la dictature de Primo de Rivera (1923-1930), ce dernier aurait sillonné avec enthousiasme, à l'aide de sa célèbre troupe théâtrale «La Barraca», toutes les rues espagnoles dans le cadre de «missions pédagogiques et bénévoles».

Ainsi a-t-il pu se frotter facilement à toutes les tranches sociales, en fréquentant les jeunes et en échangeant avec les vieux, les salariés, les désœuvrés, les marginaux, les sans-abri, les mendiants, les fous, les aliénés, etc. Lorca fut, à vrai dire, un génie en son temps! Il n'a ménagé aucun effort pour la culture et l'éducation des siens. Et même s'il a payé cher cet engagement-là, exécuté par les phalanges franquistes en 1936, son œuvre culturelle sur le terrain a fini par porter ses fruits. Autant pour lui que pour le grand Kateb, l'homme de culture devrait servir de «vigile» pour sa société en remplissant l'importante mission de former, éduquer et cultiver les masses populaires! Citer ces deux exemples dans ce billet n'étant jamais fortuit d'autant qu'ils mettent en évidence le rôle des poètes et des écrivains dans la construction des nations, le raffermissement de la diversité culturelle, la tolérance ainsi que le sentiment d'unité en leur sein et, enfin, la consolidation de leurs mythes fondateurs. Dans les démocraties modernes, cette intelligentsia en devrait être même le porte-voix, en allant sur le terrain pour sonder les pouls de ceux d'en bas, les écouter, essayer de mieux les connaître, les comprendre! Sa fonction est, on ne peut plus, conciliatrice, médiatrice et pédagogique !

Aussi, ceux qui dirigent se font-ils un devoir de s'entourer toujours de têtes pensantes, les consulter, partager leur avis et les associer à leurs décisions. D'ailleurs, cette sacralisation de la culture se trouve être la même durant certaines périodes prospères de l'histoire humaine. On raconte qu'en Grèce antique par exemple, Périclès (494-429 av. J.-C.) était entouré d'un cénacle de philosophes et de poètes composé de Platon, Aristophane, Sophocle, Hérodote, Eschyle, etc. Ceux-ci furent parmi ces belles âmes ayant eu le privilège de le conseiller dans ses moments de doute et de solitude. Telle fut aussi la destinée de Haroûn ar-Rachid (763-809), le célèbre calife mécène de l'Empire abbasside, avec son cercle rapproché de savants et d'hommes d'esprit. Puis qui ne se souvient pas, dans une époque encore plus récente, de ces jeunes Américains qui ont célébré l'avènement d'une nouvelle aube sous le soleil de l'amour, la paix et surtout la culture ?

La naissance du mouvement «Hippie» dans le quartier Haight-Ashbury à San Francisco, lieu emblématique de réunions et de débats culturels, ne fut-elle pas le prélude à une grande révolution culturelle aux Etats-Unis ? En un mot, la culture est cette veine jugulaire au fondement des grandes nations !

Kamal Guerroua

Plus d'articles de : Chroniques

Commentaires (3) | Réagir ?

avatar
khelaf hellal

" En un mot, la culture est cette veine jugulaire au fondement des grandes nations ! " voilà qui résume tout. Offrez donc à cette jeunesse Algérienne cet oxygène culturel , si indispensable à son équilibre mental, qui lui permet de bien se sentir chez elle, dans son propre pays sans avoir à aller le chercher ailleurs!!

avatar
Mourad BENKALFATE

La culture pour nous et la confiture pour eux.

visualisation: 2 / 3