Boualem Khalfa, ancien directeur d'Alger républicain, s'est éteint

Boualem Khalfa, ancien directeur d'Alger républicain, s'est éteint

Boualem Khalfa, ancien moudjahid, journaliste et dirigeant au mythique journal Alger Républicain, est décédé jeudi à l'âge de 94 ans.

Boualem Khalfa a été hospitalisé il y a une quinzaine de jours pour des problèmes rénaux et une déshydratation suite à la canicule, a-t-on appris de sources proches de la famille.

Le défunt a participé à la guerre de libération nationale et était chargé de l'organisation des maquis de liberté du PCA, avant d’être arrêté en 1957. Il a été détenu dans diverses prisons en Algérie puis en France.

Il a rejoint la rédaction d'Alger Républicain avant son interdiction en 1955 par les autorités coloniales. Par la suite, il en fut le directeur conjointement avec Henri Alleg après sa reparution à l’indépendance. Boualem Khalfa s'oppose au coup d'Etat du 19 juin 1965, et fera partie avec Mohammed Harbi de l'Organisation de la résistance populaire. Boualem Khalfa sera par la suite aussi membre de direction du Parti de l'avant-garde socialiste (PAGS).

La levée du corps au lieu lundi 11h à l'hôpital Cochin au 10, rue Méchain

L'inhumation de Boualem Khalfa se fera au cimetière d'Ivry 11h30 - 12h.

La rédaction

Plus d'articles de : Décès

Commentaires (1) | Réagir ?

avatar
rabah Benali

Bonjour. "Le défunt a participé à la guerre de libération nationale". Comme si cette précision doit être citée afin de maintenir dans le pays des "moudjanidin" et donc par logique mathématique, celui des non "moudjahidin" aussi, le "moudjahidisme" ad vitam aeternam. Mais jusqu'à preuve du contraire, le Ghachi DZ des années 50 dans sa majorité, a participé directement ou indirectement à la bagarre contre l'armée coloniale, et ce d'une part. D'autre part et apparemment aussi, la bagarre a été perdue. Ce monsieur qui mérite tous le respects de la terre, est mort et sera enterré chez son ennemi d'hier. "P'ti mario" a lui aussi apparemment était "moudjahed". Il est aussi supposé avoir participé à la guerre de "libération". Il est même devenu président du pays qu'il éstime avoir libéré. Mais tout celà n'empèche point qu'il se fait trifouiller depuis des années maintenant les hemorroides régulièrement chez cet ennemi d'hier. Ennemi qu'il suppose avoir combattu. Il y a dans tout cela, vraiment "problème" dans le bled des "moudjahidins". Mes condoléances les plus profondes à la familles et poroches du défunt. Rabah Benali