Usine de montage de voitures : de "l'importation déguisée", estime le ministre Beda Mehdjoub

Qui se souvient des révélations sur l'usine Tahkout avec des voitures presque finies importées à son usine
Qui se souvient des révélations sur l'usine Tahkout avec des voitures presque finies importées à son usine

Le ministre de l'Industrie et des Mines, Mehdjoub Bedda, a affirmé dimanche à Alger que l'activité de montage de véhicules en Algérie était devenue une forme d'"importation déguisée", ce qui nécessite une révision de la règlementation de cette activité.

Mehdjoub Bedda a levé un lièvre. Il vient de lâcher ce que tout un chacun sait depuis des mois. Il existe ''une forme d'importation déguisée et que le taux d'intégration nationale n'a pas atteint l'objectif escompté", a indiqué le ministre. L'évaluation préliminaire effectuée par le ministère concernant cette activité relève plusieurs dysfonctionnements dont le prix exorbitant des véhicules par rapport aux années précédentes, a précisé le ministre soulignant que le trésor avait des manques à gagner, outre le fait que les projets actuels de montage de véhicules n'avaient pas réussi à créer le nombre d'emplois fixé.

"Il est nécessaire de mettre un terme au mode actuel de production dans ce secteur, étant donné que la majorité des entreprises de montage de véhicules n'ont pas atteint les objectifs assignés notamment en matière d'intégration nationale", a estimé M. Bedda.

La situation actuelle exige la révision du règlement régissant cette activité en vue d'encourager la création de PME spécialisées dans les industries et les services y afférents, a-t-il affirmé.

"Ce constat ne signifie aucunement l'abandon de la filière de l'automobile, qui demeure essentielle pour le secteur. Cependant, nous devons revoir la règlementation de cette filière de façon à lui assurer la pérennité et ouvrir la voie aux équipementiers, aux fabricants de pièces détachées et aux entreprises de sous-traitance", a-t-il dit.

Lire aussi :Affaire Tahkout : pourquoi ce méli-mélo à tous les niveaux ?

Le ministre a appelé dans ce contexte à adhérer à la nouvelle stratégie industrielle proposée par le plan d'action du gouvernement, ajoutant qu'elle tend à encourager les jeunes entreprises en les impliquant dans le processus de diversification de l'économie nationale.

Pour rappel, le montage des véhicules en Algérie a débuté fin 2014. Le pays compte actuellement trois usines de production de véhicules touristiques et deux autres de production de véhicules utilitaires. Plusieurs concessionnaires sont actuellement en négociations avec des marques étrangères pour la réalisation d'usines de fabrication de voitures en Algérie.

Le nouveau cahier des charges régissant l'activité des concessionnaires automobiles, paru en avril 2015, oblige les opérateurs du secteur à exercer une activité industrielle en rapport dans un délai de moins de trois ans.

Révision des modalités d'octroi du foncier industriel

Le ministre a révélé qu'une commission interministérielle regroupant des représentants des ministères de l'Industrie, de l'Intérieur et des Finances s'attelait actuellement à la révision des modalités d'octroi du foncier industriel pour faire profiter les vrais "investisseurs".

Les résultats du travail de la commission seront annoncés prochainement, une fois soumis au Premier ministre, a-t-il ajouté.

Quant au mouvement opéré dans son secteur et qui a touché plusieurs responsables, M. Bedda a affirmé qu'il s'agissait de "procédures normales" visant à " donner la chance à de nouvelles compétences capables de relancer ce secteur qui reste le poumon de l'économie". Ce mouvement est intervenu pour "relancer et dynamiser le secteur", a-t-il dit.

Avec APS

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (9) | Réagir ?

avatar
khelaf hellal

En matière " d'importations déguisées " le système que vous représentez M. Le Ministre, en est passé maitre. Le phénomène est de plus grande ampleur et touche à tous les domaines de l'économie du pays.

avatar
rabah Benali

@ Mourad Benkalfate. Bonjour.

Est-ce que l'enc.. lé marocain Benberlla déclarant arabe en 62 un peuple berbère millinaire tout entier a été traduit en justice ?? La réponse est non!!

Est-ce que le Bourourou dont même le nom est "falsso" qui en 65, a décidé de façonner un "algérien nouveau" ("radjouloun djadid" brayait il) et qui n'a produit 20 ans plus tard qu' un simple tube digestif ne sachant rien faire de ses dix doigts a été traduit en justice?? La réponse est non!!

Est-ce que "Achiwan Ougharo" qui a engraissé les barbus pour en faire des tangos mettant le pays à feu et à sang a été traduit en justice?? La réponse est nom!!

Est-ce que "petit Mario d'Oujda" ayant mis dans la "poooouche" durant toute plus d'une décénnie les excédents budgétaire des ambassades de la répoooublik et institutionalisé la corruption a été inquiété par la justice?? Et bien la réponse est toujours non!! Alors pourquoi persistez à rêver de voir les trabendistes nouveaux genre ce carrossier du diable, être inquiétés par une quelconque justice??

Le seul espoire réalsite qui enclencherait éventuellement une lente remise à zéro des compteurs est la disparition totale et définitive du pétrole du diable. Rabah Benali

visualisation: 2 / 9