L’Algerie-dépotoir en appelle à votre recours, M. Tebboune !

Il faut un plan national vigoureux pour nettoyer l'Algérie.
Il faut un plan national vigoureux pour nettoyer l'Algérie.

"Ce n’est pas la liberté de ne pas enfouir les saletés qu’on fait, songeait-il, il n’y a pas animal plus libre que le chat mais il enterre ses saletés. Le chat c’est le meilleur anarchiste." "Pour qui sonne le Glas" d'Ernest Hemingway 1940.

De mémoire d’Algérien, jamais notre pays n’a été aussi sale que ces dernières années. L’étendu des dégâts et les scènes de désolation, charriés par les tonnes d’immondices et de saletés ne se limitent plus, désormais, aux villes et aux villages d’Algérie, voilà que nos plages, nos rivières, nos montagnes et nos forêts offrent la pitoyable constatation de leur déliquescence.

En vérité, rien n’étonne plus, l’errance politique majeure a été de dépouiller les élus locaux PAPC et PAPW de leur pouvoir judiciaire et de dissoudre la police communale, le très fameux garde-champêtre de notre enfance, censée être la force de frappe et le fer de lance des élus pour faire respecter les édits et lois communaux régissant la vie et le quotidien du citoyen d’une part et l’indigence intellectuelle de ces mêmes responsables pour comprendre la conscience et ses interdits d’autres part, ils sont plus préoccupés, ces derniers temps, élection oblige pour un dernier baroud, à s’en mettre plein les poches que de veiller à la salubrité publique et au bien-être de leurs concitoyens.

Juste Dieu, l’Algerie, ce pays qui est le nôtre, régie par 18 ans de règne sans partage et de pouvoir présidentiel absolu, a perdu de sa superbe, de sa mondanité et de son raffinement, laissant place en toute quiétude aux réflexes bestiaux, à la destruction de la chose publique (El Beylik), à la violence et à l’anarchie symbolisant l’image d’un pays sans foi, ni lois.

Paix sociale oblige pour les pêcheurs en eaux trouble, l’impunité s’est manifestement installée. Le désordre social dans toute sa splendeur, des restaurateurs qui se foutent des règles les plus élémentaires de l’hygiène, des citoyens et des ménagères, sans état d’âme, qui balancent leurs ordures du haut de leurs fenêtres, des marchands informels à la sauvette, non contents de leurs respectives évasions fiscales, ne s’embarrassent pas de salir l’environnement de leurs points de vente par leurs déchets, leurs sacs en plastique et leurs cartons vides, des campeurs et des touristes irresponsables putréfient par leurs immondices encore plus nos plages, nos rivières et nos forêts, occasionnant dans certains cas, des incendies énormes sur plusieurs hectares.

Le constat le plus surprenant est l’état des lieux, oh combien nauséabond ! De nos centres touristiques sentent l’odeur de la pisse et de la merde à un mile à la ronde, point de vespasiennes, point de toilettes publiques, mettant à mal nos femmes, nos enfants et nos handicapés à se soulager, les obligeant à chercher le soulagement chez mère-nature.

Dès lors, jusqu’à quand continuera-t-on à vivre dans la saleté sans qu’aucune politique nationale de la collecte des déchets, de leurs incinérations et de leurs recyclage soit force de loi, implémentée dans toute sa rigueur sans considération aucune par nos policiers et nos gendarmes. La salubrité publique, le bien-être et la santé du citoyen sont garantie par la constitution, dans cette optique, l’Algérie-dépotoir en appelle à votre recours, M. Tebboune pour redorer son blason et ses lettres de noblesse !

Affaire à suivre !

Brahim Ferhat

Plus d'articles de : Débats

Commentaires (1) | Réagir ?

avatar
oziris dzeus

les ordures est une richesse, ça peut rapporte gros, c'est une économie à part c'est une source d'argent pour les collectivités, le recyclage des déchets et des ordures n'a pas de limite,

pour se débarrasser des ordures et rendre les villes propres il suffit d'en faire un produit commercialisable donc rentable qui s'achéte et se vend sous toutes ses formes,