Emmanuel Macron veut une force antijihadiste au Sahel sans l’argent de la France

Au sommet du Mali, Emmanuel Macron a beaucoup parlé de lutte antiterroriste sans engagement financier .
Au sommet du Mali, Emmanuel Macron a beaucoup parlé de lutte antiterroriste sans engagement financier .

Les dirigeants des pays du G5 Sahel, en présence du président français Emmanuel Macron, ont acté dimanche à Bamako la constitution d'une force antijihadiste.

Le déploiement de cette force est prévu en septembre-octobre. Le projet paraît louable sur le papier, cependant il reste à trouver les financements nécessaire à cette force militaire. Le coût estimé ? 423 millions d'euros.

Bien téméraires, les présidents Ibrahim Boubacar Keïta (Mali), Idriss Déby Itno (Tchad), Mohamed Ould Abdelaziz (Mauritanie), Roch Marc Christian Kaboré (Burkina Faso), et Mahamadou Issoufou (Niger) se sont engagés à une contribution de 10 millions d'euros chacun. Cette avance s'ajoutera aux 50 millions promis par l'Union européenne. Mais question sou, Emmanuel Macron reste évasif. Madré, Macron ne mettra pas la main à la poche, il ira chercher l'argent ailleurs. Pour faire passer la pilule, il annonce une aide matérielle et logistique française équivalente à 8 millions d'euros d'ici à la fin de l'année. Une misère quand on sait que des pays aussi dépourvus de moyens comme le Niger ont fait l’effort d’avancer 10 millions d’euros. Mais Emmanuel Macron veut enfumer tout le monde et joue la montre pour montrer sa bonne volonté. "L'important c'est que cette force conjointe soit pleinement opérationnelle à l'automne, avec les premiers financements débloqués (...) et qu'elle ait ses premiers résultats", ose-t-il dans une déclaration.

La France a-t-elle les moyens de sa politique ?

Telle est la question qu'on se pose dans cette initiative dans le Sahel. En ancien banquier investi président qui se veut le gendarme de la sous-région, Emmanuel Macron compte sur la conférence des donateurs prévue prochainement, un apport programmé de l'Allemagne, qui participe déjà en force à la Minusma et à la mission européenne de formation de l'armée malienne.

Toujours sur le volet développement, Emmanuel Macron a ajouté avoir "bon espoir que le 13 juillet", le Conseil des ministres franco-allemand à Paris serait l'occasion d'annoncer une aide allemande au Sahel. Il espère aussi mobiliser d'autres donateurs, notamment des institutions internationales.

Yacine K.

Plus d'articles de : Débats

Commentaires (3) | Réagir ?

avatar
Quelqun EncoreQuelqun

"Nous" n'allons quand-même pas assumer, en sus, "votre" sécurité ! Déjà que Macron risque de porter notre âge de départ à la retraite à 70 ans pour combler les déficits des précédents gouvernements... arnouthaghéd kounwi la sécurité au Sahel !

Quoique, à y regarder de plus près, il y aurAIT, balak, une solution. Oui, une solution.

Par exemple, diminuer nagh "tarir" carrément tout ce qui a trait aux filets sociaux. Ainsi, notre ami Moh ne pourrait plus se voir financer son ordi, sa connexion et sa 1664 par l'assistante sociale du coin. Cela "nous" ferait une ou deux lignes en moins sur nos bulletins de salaire, dans la colonne "cotisations".

Pensez également à tous ces "journalistes, artistes, intellectuels" réfugiés politiques depuis les années 90 et que l'on continue à subventionner au lieu d'aller faire la guerre au Sahel. Sifaoui écumait les plateaux télé tandis que Fillon "nous" répétait que les caisses étaient vide et qu'il était à la tête d'un Etat en faillite. Tous, sans exception, lorgnent sur... (nous y voilà !) ... sur ce pu... de statut des fonctionnaires! Donc, ma oulach oughilif, nék yawk dh'Sahel, comment vous dire? C'est quasiment am el qa3â dhi guenni, th'va3dhiyi, va3dhagh'ts!

L'âne-j'ai-ri qui a toujours voulu jouer dans la cour des grands sur ce plan n'a qu'à assumer ses prétentions nagh ses ambitions. El ghachi yelloz, et l'âne-j'ai-ri veut jouer au stabilisateur dans la région, laissez-moi pouffer et qu'Avarwaq poufiasse à volonté à son tour!

Il suffit d'observer ce qui se passe actuellement avec le Qatar. Alors, pensez-vous que ses émirs ont eu raison de sous-traiter la sécurité de leur pourtant minuscule Etat aux occidentaux à coup de pétro-dollars? Moi, je constate que oui: tout se vend et s'achète désormais ; y compris l'organisation de grande compétitions internationales tels les mondiaux de handball ou de foot.

Quant à votre ichtirakia et les résidus du "vouy'médiennisme" ils vont finir par se casser la figure confrontés aux réalités du marché. Oui, le monde est désormais MARCHé! Et dans celui-ci, l'âne-j'ai-ri vaut (à peu près) ce que regorgent son sous-sol et ses fonds sous-marins en réserves en tous genres, le niveau de qualification de sa populace...

Vos histoires ressemblent (à s'y méprendre) à celles relative à la non-aliénation de l'âne-j'ai-ri, au non-survol de son espace aérien par des avions militaires étrangers, à sa supposée suprématie face au voisin conquérant marocain, à l'exemplarité de sa révolution... tous les mythes que vous connaissez quoi !

Donc, ne rêvez pas trop à yarrach ennagh; si vous prétendez au rôle d'Argaz dans la région, il faudra OBLIGATOIREMENT mettre la main à la poche !

avatar
moh arwal

Toi tu n'auras ni retraite ni assistance, avant que tu atteignes l'âge de retraite Macron aura tout sucé. Tu seras obligé de rentrer au bled garder les chèvres.

avatar
Quelqun EncoreQuelqun

Et voilà que Moh vient de décréter sa fatwa du jour décidant (injustement) de me priver de mon hypothétique éventuelle probable retraite.

Ihi akka à Moh, je n'aurai donc pas de retraite, et je serai, en sus, obligé de rentrer au bercail garder les chèvres? Pourtant, des chèvres à garder ici, ce n'est pas ce qui manque. J'en connais même que je pourrais envoyer paître tant la Normandie thétchor dh'l'herbe (Lahchich hallal hein!).

Bref, d'ici-là ats'dhéwragh ar la vente de la pièce détachée auto d'occasion; il parait que ça rapporte. Sinon, yéqimiyid Le Bois de Boulogne !