La jeune romancière Dihya Lwiz s'est éteinte

Dihya Louiz
Dihya Louiz

Terrible nouvelle ! Auteure d'une grande sensibilité, Dihya Lwiz s'est éteinte aujourd'hui à l'âge de 32 ans des suites d'une maladie.

De son vrai nom Louiza Aouzelleg, cette jeune femme a su tracer son chemin dans l'écriture avec une empreinte très singulière. Femme de conviction et de talent, elle faisait partie de ces rares écrivains à passer sans souci du tamazight à l'arabe ou au français. Passeuse en majesté, elle était très impliquée aussi dans les luttes pour les libertés. Cette digne fille de la vallée de la Soummam aura marqué par sa sensibilité, son écriture tout en finesse, de nombreux lecteurs. "Elle avait un talent fou en kabyle, en arabe et en français", témoigne Youssef Zirem, auteur.

Son dernier poème publié le 27 juin dernier sur facebook est une ode au réveil et au sursaut.

Ziɣ mazal ur nebdi
Abrid ɣer tmusni
Abrid ɣer tlelli
Deg wiyaḍ mi ara nettwali
Amek akken yeshel kulci
Ɣur-neɣ amzun d awezɣi
Ur neẓri acimi
Nugi ad neffeɣ seg iḍelli
Tɛejba-ɣ tnumi
Tɛejba-ɣ truẓi
N wayen lɛali
Iɛejba-ɣ leɛwej dg-i nettili
Nugad an beddel
Akken ahat fella-ɣ ad tbeddel !!

La rédaction

Plus d'articles de : Décès

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
homar homaro

Pourquoi DIEU s'acharne t-il comme ça, il ya que les Bons Hommes

et les Bonnes Femmes qui meurent. pourtant L'algerie est pleine de Virus et

de Microbes, toujours debout avec leurs lots de miseres et de peines qu'ils

consentent au peuple.

avatar
Kacem Madani

C’est à croire que même les cieux se concertent pour ravir, à la fleur de l’âge, les meilleurs d’entre nous !

Une fleur qui se fane, ce n’est jamais beau ! mais une fleur qui commence à peine à germer pour rafraîchir les siens de mille et une odeurs d’espoir, et qui disparait ainsi, il y a de quoi maudire tous les Saints qui naviguent entre le Ciel et la Terre !

Sincères condoléances à sa famille !