Plus de sciences politiques à l'université de Batna, désarroi des enseignants !

L'université Hadj Lakhdar.
L'université Hadj Lakhdar.

Le ministère de l'Enseignement supérieur a indiqué, dans un communiqué adressé à l'université 1 de Batna, que les nouveaux étudiants voulant s'inscrire pour la formation de la spécialité en sciences politiques ne pourront (désormais) plus recourir à cette formation à Batna, a-t-on appris auprès de quelques responsables du département. Une oukase qui a jeté le froid dans les universités de l'Aurès.

Il est à signaler que le département des sciences politiques était l'un des premiers instituts créés à l'université de Batna. Cette spécialité a été ouverte depuis 1991 et a forméré plus de 200 étudiants ayant obtenu leur doctorat. Quelques 30 professeurs, des personnels chargés des inscriptions et la participation enregistrées des laboratoires de recherches scientifiques participent à la vie de cette spécialité. Devant cette décision du ministère, tous les intervenants et étudiants s'interrogent sur leur devenir. Plusieurs questions restent posées par un bon nombre d’enseignants et les nouveaux bacheliers qui vont devoir changer de spécialités car ne pouvant suivre leurs études loin de Batna.

Quant aux enseignants, la plupart d'entre eux vont accéder au chômage, (suppression de postes dans les autres universités à travers le pays). A ce niveau, les enseignants et nouveaux bacheliers inquiets et en colère sollicitent une intervention auprès des responsables concernés, tels que le recteur de l'université, le wali de Batna, le ministre de l'Enseignement supérieur, afin de trouver une solution adéquate à leur situation dans les plus brefs délais, apprend-on. Personne ne s'explique cette décision de suppression des sciences politiques à l'Université Hadj Lakhdar de Batna. "Pourquoi ici et maintenant ?" nous disent-ils. Serait- une mesure économique ? Stratégique ? Ou simplement une mesure administrative ?

Il faut rappeler que l’université, Hadj Lakhdar a été fondée en fin des années 1970. Avant ceci, elle a été tout d’abord un centre universitaire du nom d’un ancien professeur dit Madani Abrouk. Ensuite, elle obtient son statut d’université en 1990 grâce à un ancien moudjahid, dit Hadj Lakhadar dont elle porte son nom. Toutefois, l’université Hadj Lakhdar,fut classée au 109e rang du classement régional des universités arabes. Classée aussi, 7e en Algérien elle occupe également le 62e rang en Afrique. Dans le même cadre, s’ajoute une nouvelle université à Fesdis, située à 10 km de Batna avec l’ambition d’alléger les autres sites universitaires de la wilaya surchargés. Sans oublier aussi l’université de Barika, qui a seule dispose de 22.000 places pédagogiques et 22.000 lits.

Abdelmadjid Benyahia

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (1) | Réagir ?

avatar
Massine Ait Ameur

Pour faire de la politqiue en Algerie, pas besoin d'un diplome de Sc. Po. ! il suffit d'un diplome de Lycee, se connecter a la smala au pouvoir et faire des salamalecks et courbatures a longueur de journees jusqu'a ce que on vous octroie un koursi..