Bientôt, la construction d'une École nationale d'équitation à Tiaret

Bientôt, la construction d'une École nationale d'équitation à Tiaret

Étant le berceau originel du noble équidé et formateur de plusieurs générations de champions d'équitation de renommée qui dépassent les frontières de l'Algérie, le Centre nationale d'élevage équin de Chaouchaoua va enfin bénéficier d'une école équestre, selon une source locale.

En effet, Initié par le ministère de la Jeunesse et des Sports, ce projet, s'il venait à être concrétisé, sera le premier en Algérie, étant donné que le pays n'en possède point de pareille après l'annulation de celle de Blida.

Le site dont la gestion va être transféré à la Conservation des forêts et la Direction de la Jeunesse et des Sports et va bénéficié d’opérations de réfection portant notamment sur l’aménagement des écuries et des pistes de course, la rénovation des conduites de l’eau potable et des eaux usées, tout comme celles de construction d’un entrepôt d’aliments pour les chevaux, selon la même source.

Une telle école va sans doute contrecarrer la privatisation de ce joyaux qui fait couler la salive de certains cercles influents dans la wilaya qui continuent à tisser leur toile au sein de la jumenterie.

De Tiaret, Khaled Ouragh

Plus d'articles de : Algérie

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
Massine Ait Ameur

la jumenterie c'est pour les riches! Il ya un couple Kabyle-Allemand qui ont ouvert une ecole dans un village en Kabyle, Apres quelques mois d'operation les tonton-macoutes du pouvoir sont venus fermer l'ecole car pas halal pour eux. Alors votre ecole hippique vas ouvrir et supporte par les milliardaires Telemceniens au pouvoir mais la petite ecole en Kabylie seras ferme pour de bon !! Incroyable le racisme primaire du pouvoir.

avatar
Hend Uqaci Ivarwaqène

On achève bien les chevaux ! J’allais dire ! Mais pourquoi pas apritou, il fallait tout essayer. Après l’école polytechnique et l’ENA qui n’ont pas réussi à nous sortir du moyen-âge. Ou qui ont réussi à nous en rapprocher, pourquoi pas en effet une école nationale d’équitation ? Mais ontar-nous, ontarnous kane, je pense qu’une école nationale de bourricots, nous irait mieux.