Le Qatar sommé par l’Arabie saoudite et l’Egypte de fermer Al Jazeera

Le Qatar sommé par l’Arabie saoudite et l’Egypte de fermer Al Jazeera

L'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte ont envoyé au Qatar leurs exigences. Ils lui demandent notamment de fermer la chaîne de télévision Al Jazeera et de réduire ses relations avec l'Iran.

L'étau se resserre sur le Qatar. Plus le temps aux effets de manches. Les quatre Etats réclament que le Qatar la fermeture de la chaîne de télévision Al Jazeera, de rompre tout lien avec les Frères musulmans, l'Etat islamique, Al Qaïda, le Hezbollah et le Front Fateh al Cham (ancienne branche syrienne d'Al Qaïda). Et exigent la fermeture d'une base militaire turque au Qatar, ainsi que l'extradition de toutes les personnes considérées comme terroristes.

On ignore si le Qatar va s'exécuter mais il a dix jours pour accepter ou non ces requêtes, transmises par le biais du Koweït, qui joue un rôle de médiateur dans la crise. Il est manifeste que les monarchies du Golfe ont décidé de faire taire Al Jazeera, un média pourtant islamiste qui a servi de propagande à Ben Laden, mais aussi aux mouvements islamistes de tous bords. Après son putsch, le maréchal Al Sissi a embastillé de nombreux journalistes de cette chaîne et fermé sa représentation au Caire. Les autres pays de la conjuration arabe n'ont jamais apprécié, eux aussi, le ton de cette chaîne.

L'Arabie saoudite et ses alliés du Golfe, ainsi que l'Egypte et le Yémen, ont rompu début juin leurs relations avec l'émirat, qu'ils accusent de soutien au terrorisme, puis fermé toutes leurs frontières aériennes, maritimes et terrestres.

Le président américain Donald Trump affiche une position sévère à l'encontre du Qatar, qu'il accuse d'être un parrain "à haut niveau" du terrorisme, mais il a aussi offert son aide aux parties impliquées pour résoudre leurs divergences. Pour autant Trump a fait signer à ce payer un juteux contrat d'armement de 12 milliars de dollars.

Ankara soutient, quant à lui, Doha depuis le début de la crise. Un premier bateau turc chargé de denrées alimentaires a appareillé jeudi à destination du Qatar, où sont arrivés quelques soldats et des véhicules blindés turcs. Le Maroc a également envoyé des denrées alimentaires au Qatar. Quant à l'Algérie, elle a appelé au dialogue et s'est gardé de toute immixtion dans cette crise qui pourrit les relations dans le Golfe.

La rédaction avec Reuters et AFP

Lire également : L'Arabie saoudite manoeuvre pour étouffer le Qatar

Plus d'articles de : International

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
elvez Elbaz

Qui domine par l'épée sera anéanti par l'épée!

La pauvre kabyle harki de l'araberie, benguenne va t elle demander l'asile à un pays occidental qu elle n'a cessé d insulter, aprés la "bientôt " répudiation d elkhenzira et sa future déchéance de kabyle harki arabisée par les rois faineants arabes jusqu'au nauséabond de LA HAINE DE SOI?!

Aprés ELKHENZIRA, ALMAGHARIBIA et les sbires de oussama ben...... abassi sur la chaîne nourrie par les petrodollars des arabes du golf vont ils se retrouver au chomage au frais des anglais à londres en même temps que l'irradié rachad suppôt de l'internationale araboislamisme et ses sbires zeitout, dhina and co... ?!

Pauvre benchenouf l'amazigh amazighophobe, victime de la haine de soi,...... il commençait pourtant à y croire et voilà que le vent a encore une fois tourné....

De reniement en reniement, ces gens vont certainement renaître sous une autre forme de collaboration, car les mutants de l'araboislamisme sont tenaces

Pauvre algerie algerienne quelle malédiction t'a donc frappée ?!

avatar
Salah Lyassa

Il n'y a plus de doute, après l’Irak et la Syrie, le glas a sonné pour les monarchies des pays du golf. Quant au Maghreb, il s’emploie résolument à renforcer et à perpétuer les divisions nées dès les indépendances. Il n'y a eu jamais de doute, les rêves d'une union des pays arabes, d'une union des pays du Maghreb, d'une union des pays du golf, n'ont été que chimères et illusions.