La régularisation par le travail concerne, également, les ressortissants algériens

La régularisation par le travail concerne, également, les ressortissants algériens

Dans un arrêt rendu le 14 novembre 2013 par la 4ème chambre de la Cour administrative d’appel de Lyon, il a été jugé que la demande de certificat de résidence portant la mention "salarié", pour un ressortissant algérien dépourvu de titre de séjour, est justifiée. La Cour a considéré "qu'il résulte de ce qui précède que M. B... est fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le Tribunal administratif de Lyon a rejeté sa demande".

Dans cet arrêt très intéressant, Monsieur B, ressortissant algérien, avait demandé, par l'intermédiaire de son conseil, un titre de séjour sur le fondement de l'article L. 313-14 du code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile, lequel n'est pas applicable aux ressortissants algériens. Le préfet du Rhône a néanmoins statué sur la demande sur le fondement du b de l'article 7 de l'accord franco-algérien dont les modalités d'application sont régies par les dispositions précitées du code du travail, et a estimé qu'aucune mesure dérogatoire n'était justifiée ; que le préfet ne conteste pas avoir reçu de M. B. un dossier de demande d'autorisation de travail comportant notamment l'imprimé CERFA.

A l’appui de sa demande de régularisation, Monsieur B avait produit la demande d'autorisation de travail pour un salarié étranger - contrat de travail simplifié -, signé des deux parties et constituant un contrat de travail, ainsi que l'imprimé CERFA sur lequel l'employeur déclarait être informé de l'obligation de verser à l'Office Français de l'Immigration et de l'Intégration la taxe due à raison de ce recrutement, et aussi l'accusé de réception délivré par Pôle emploi le 21 mai 2012 à la suite du dépôt d'une offre d'emploi de l'employeur.

La Cour administrative d’appel de Lyon a considéré que si le préfet ne souhaitait pas faire instruire la demande d'autorisation de travail par les services du ministre chargé de l'emploi qui, pour l'exercice de cette mission, sont localement placés sous l'autorité du préfet de département, le préfet du Rhône ne pouvait, sans examiner lui-même la demande d'autorisation de travail présentée par Monsieur B, se borner à opposer à l'intéressé la circonstance qu'il ne produisait pas un contrat de travail visé, et rejeter pour ce motif sa demande de titre de séjour.

La Cour administrative d’appel a estimé que le préfet a ainsi entaché sa décision d'une erreur de droit, qu'il suit de là que sa décision de refus de séjour est illégale, ainsi que, par voie de conséquence, celles portant obligation de quitter le territoire français et fixant le pays de destination.

Dans cet arrêt, la Cour administrative d’appel de Lyon rappelle que la mention "salarié" du certificat de résidence d’un an pour algérien, prévu dans les termes de l’article 7-b de l’accord franco-algérien constitue l'autorisation de travail exigée par la réglementation française.

L'article R. 5221-3 du code du travail inique que l'autorisation de travail peut être constituée par l'un des documents suivants : Le contrat de travail ou la demande d'autorisation de travail visée par le préfet.

L'article R. 5221-15 de ce code précise que lorsque l'étranger est déjà présent sur le territoire national, la demande d'autorisation de travail mentionnée à l'article R. 5221-11 est adressée au préfet de son département de résidence. " ; et qu'aux termes de l'article R. 5221-17 : "La décision relative à la demande d'autorisation de travail mentionnée à l'article R. 5221-11 est prise par le préfet. Elle est notifiée à l'employeur ou au mandataire qui a présenté la demande, ainsi qu'à l'étranger. " ;

Le jugement du Tribunal administratif de Lyon du 7 février 2013 et les décisions du préfet du Rhône du 15 octobre 2012 ont donc été annulés.

Fayçal Megherbi, avocat au Barreau de Paris

Plus d'articles de : Algérie-France

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
kamel lasloudji

la carte vital etant indispensable et offre ces avantages a tout employer certe faut cependant admettre qu il y a incompetence juridique en dehors de cette derniere notement hors de France.

-1
avatar
Rabah IBN ABDELAZIZ

A Maître MAGHERBI, maître avec tout le respect du à votre fonction et votre personne. Je me permet de vous dire ceci : en tant qu'avocat est ce que vous vous rendez souvent dans les consulats algériens en France ou en Europe ?, et même à l'ambassade ?. Vous parlez souvent des droits des algériens en France ?. Les algériens en France sont mille fois mieux défendu par les élus Français que par les autorités consulaires ?. Il m'est arrivé d'aller dans un consulat algérien pour tel ou tel document : C. N. I, passeport ou autres, en tant qu'ancien cadre de l'A. N. P, nous sommes reçu comme des chiens par les fils et filles des minabless fln et rnd qui colonisent ses consulats et ambassades ?. Alors balayer d'abord devant vos portes de ce pouvoir pourris, avant de dire des bêtises ?. Saviez quel sont les ambassades et consulats les plus pourris ?: c'est ceux de fakhamatou la brouette ?. Alors en tant qu'avocat rendez ce service à vos compatriotes en France ?. Et vous serez sans aucun doutes un excellent avocat ?. Je vis en France depuis plus de 48 ans et j'ai visité plusieurs pays et aussi travaillé, je n'ai connu des pourritures que ceux des ambassades et consulats algériens, et surtout après la mort du Meilleur et Grand Président HAOUARI BOUMEDIENNE ?. J'en ai parlé à bouteflika en mai 2000 au Pavillon DAUPHINE lors de sa visite en France, en présence de Redda Malek ?. Il ma parlé parce que il me connaissais quand j'était militaire en Algérie et lui était ministre de la jeunesse et des sports, avant de prendre la place du Défunt Si Mohamed KHEMISTI ?.