Tebboune annonce une "réforme" des subventions de l'Etat

Tebboune annonce une "réforme" des subventions de l'Etat

Le nouveau Premier ministre algérien, Abdelmajid Tebboune, nommé le 24 mai, a soumis mardi soir à l'Assemblée populaire nationale (APN) le "plan d'action" de son gouvernement, marqué par un projet de réforme des subventions de l'Etat aux aliments et services de base.

Le gouvernement va "lancer une large concertation (...) en vue de l'adaptation progressive de la politique des transferts sociaux" et des subventions aux produits et services de base, a annoncé le Premier ministre aux députés.

Ces transferts sociaux - aides au logement, à la santé et à l'éducation - ainsi que les subventions par l'Etat de produits alimentaires de base (semoule, lait, huile...) et de la fourniture d'eau et d'énergie, représentent 23,7% du PIB selon le FMI.

Ce dispositif-clé de l'économie algérienne, qui permet aujourd'hui à tous les Algériens de bénéficier de produits de base, d'eau courante et d'énergie à très bas coût, ainsi que de soins gratuits ou presque, pourrait, si la réforme aboutit, être modulé en fonction des revenus.

Rééquilibrage tarifaire

Le gouvernement entend progressivement mettre en place un rééquilibrage tarifaire de la fourniture d'eau, de gaz, d'électricité ou de fioul, pour rapprocher le prix payé par les usagers du coût réel, selon le plan d'action présenté par M. Tebboune lors d'une séance nocturne, entamée à l'issue du 'ftor', le repas de rupture du jeûne du ramadan.

Il a assuré à la Chambre basse que seraient préservés "des tarifs appropriés aux ménages à bas revenu".

Cette réforme annoncée "est une excellente mesure", a déclaré à l'AFP l'économiste Abderahmane Mebtoul, expliquant que ce système consommait un tiers du budget de l'Etat.

Mais elle devra se faire en concertation avec "les forces économiques et sociales, sinon elle échouera", a-t-il souligné.

Un haut fonctionnaire du secteur économique, ayant requis l'anonymat, a de son côté estimé ce projet "vague" et "difficilement applicable en l'état".

L'Algérie reste très largement dépendante des hydrocarbures (95% de ses recettes extérieures, 60% du budget de l'Etat) et subit de plein fouet la chute des cours du brut.

Le gouvernement est "conscient des limites d'une stratégie de croissance assise principalement sur la seule dépense publique", a expliqué M. Tebboune, se disant déterminé à développer "les secteurs productifs de richesses, de valeur ajoutée et d'emploi, gage de diversification de l'économie nationale fortement dépendante des hydrocarbures".

Renforcement du "climat des affaires" et poursuite des réformes du système bancaire - notamment en améliorant les possibilités de financement des micro, petites et moyennes entreprises - sont des "objectifs-phares" du gouvernement, a-t-il assuré.

- Attirer les investissements -

Le gouvernement entend attirer les investissements directs étrangers - notamment ceux permettant des transferts de technologie ou le développement des exportations hors hydrocarbures - mais n'envisage pas de remettre en cause la règle 51/49, a-t-il indiqué.

Cette mesure, souvent jugée rédhibitoire par les investisseurs étrangers, contraint les entreprises étrangères s'implantant en Algérie à s'associer à un partenaire local détenant au moins 51% du capital de la société créée.

"La réforme de l'administration et la lutte contre la bureaucratie - et son corollaire la corruption - demeurent une préoccupation permanente" du gouvernement, a assuré M. Tebboune, annonçant une future "loi relative aux relations de l'administration avec les usagers".

Autres projets envisagés, la possibilité de saisir le Conseil constitutionnel d'une exception d'inconstitutionnalité de la loi et des textes sur la protection des données à caractère personnel, le droit à l'obtention des informations, documents, statistiques et leur circulation, les réunions et manifestations publiques, entre autres.

Le Premier ministre a également évoqué le renforcement de "la moralisation de la vie publique" avec l'élimination souhaitée des "situations de conflit d'intérêt et d'incompatibilité dans l'exercice des mandats et fonctions", sans toutefois annoncer de mesures concrètes.

Il a également souligné que le gouvernement poursuivrait "inlassablement et sans relâche" la lutte contre le terrorisme et le renforcement du rôle et de la place de l'Algérie sur la scène internationale.

Les députés débattront jusqu'à vendredi de ce "plan d'action" gouvernemental qui sera ensuite soumis au vote. Le Front de libération nationale (FLN), au pouvoir depuis l'indépendance de l'Algérie en 1962, et son allié du Rassemblement national démocratique (RND) détiennent la majorité absolue, avec 261 sièges à eux deux sur les 462 de l'APN.

Ryad Kramdi/AFP

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (3) | Réagir ?

avatar
kamel lasloudji

y a a faire appel a l`initiative des cadres et des officines d`etat qui sont actif au bon sens du droit a proteger.

avatar
samir mderci

Il va se casser la gueule ce premier indu occuppant du poste de premier ministre, il n'a ni programme et ni réflexions, c'est juste une application stricte des recommandations du FMI à qui l'Algérie a fait don de 05 milliards de dollaes.

Tebboune d'origine marocaine par ses grands parents et né à Mecheria, tout comme notre expert national" anti Algérie" sieur Mebtoul également de souche Marocaine, comment ne vont ils pas éclater de joie de détruire le dernier rempart social qui selon ce premier ministre des "Bedouins" au pouvoir équivaut à 23% du PIB .... et les charges Gouvernementales de l'armée et de la police avec les charges et hauts salaires du parlement et de la noria des milliers de walis, chefs de dairas, secrétaires généraux, chefs de cabinets et directeurs d'exécutifs et salaires des présidents d'APC en moyenne 90 000DZ à 50% du PIB, et les détournements massifs du clan de Bouteflika à un autre 50% du PIB ?????

Ces avortons originaires dans leur grande majorité du Maroc Voisin semblent prendre leur revanches rancunières contre les Algériens authentiques, là il y a problème et y aura une nouvelle guerre civile.

Bouteflika devra être déposé du pouvoir si les généraux veulent sauver leurs "fesses", quand aux autres de son pouvoir, fort probablement un massacre, voilà si Tebboune l'incompétent et" Chiatte" et surtout le "Mal né" je vous salue bien età très très bientôt votre mise à la porte, vous n'irait pas au delà de 2017 sale larbin.

L'Algérie va plonger dans une crise intenable avec ce Tebboune et ce Mebtoul que le Matin ne semble pas informé de ses informelles relations avec les services Français et Marocains, néanmoins il est interressant de le garder comme" publieur" dans votre journal.

IL est l'imposture indécente même après que l'Algérie lui ait tant accordé de faveurs, nous le connaissons depuis l'Université d'oran, les archives du DRS sont pleine de ces sorties adultères avec les intelligences dites occidentales, il se targe meme d’être l'ami d'un amiral Français votre Mebtoul expert de la désinformation.

Ce qu'on dit içi est très sérieux et3 bon ftour3 que vous publiez ou pas cette contribution;

Bouteflika a vendu les réserves financières du pays en devises aux Américains pour le tolérer encore un peu de temps au pouvoir et ce même Bouteflika a livré la gestion du pays au FMI via Tebboune le disgracieux et DES EXPERTS DU GENRE Mebtoul le marocain "algérianisé" par le système des larbins de la France.

Enfin à la guerre comme à la guerre, autrement Bouteflika et ses ministres et ses experts invitent les autres à la guerre, ils l'auront leur guerre mais dans leur "Trognon", si le mot trognon leur est inconnu qu'il demande à Macron en Bon Français. LA FIN SEMBLE PROCHE ON DIRAIT MEME UNE ACCÉLÉRATION TERRIBLE VA SE PRODUIRE EN CE SECOND SEMESTRE 2017

visualisation: 2 / 3