Menouar Hammache : "Nous souhaitons organiser à Paris un festival Tamazgha en 2018"

Menouar Hammache Crédit Photo :Ferhat BOUDA.
Menouar Hammache Crédit Photo :Ferhat BOUDA.

Menouar Hammache fait figure de baroudeur de la culture. Il a été depuis 30 ans de toutes les actions militantes et culturelles à Marseille. Il a lancé le festival Tamazgha et a créé Sud Culture qui produit et soutient des artistes comme Si Moh.

Le Matindz.net : Comment finalement est né cet évènement annuel ?

Menouar Hammache : Il y a tout un travail en amont ; depuis l’âge de 14 ans j’ai commencé à collecter des poèmes, des chants et tout ce qui concerne le patrimoine oral de notre culture. En arrivant à Marseille, j’ai animé durant sept ans une émission radiophonique de 1993 à 1997 dans trois radios locales ; en même temps j’ai fondé l’association ACA Marseille, puis Sud Culture en 1996. Tout ce travail a donné naissance à ce festival en 2006 dans le but de donner un temps fort à la culture berbère à Marseille.

Qu’est-ce qui est le plus difficile dans l’organisation d’un événement pareil ?

Porter un festival de culture berbère indépendant avec une programmation libre est difficile. Il n’y a pas de réel milieu artistique, la plupart des artistes ne sont pas structurés. Nous n’avons pas les mêmes réalités en particulier les artistes émergents. Chaque édition est différente d’une autre, rien n’est acquis. Nous rencontrons des difficultés à sensibiliser nos industriels à soutenir cette culture : comme disait Bouguermouh "nos riches n’ont pas la culture de leur sou !".

Sud Culture qui porte le festival est aussi une boîte de production. Est-ce viable de produire un chanteur aujourd’hui et comment se porte le disque kabyle ?

Sud Culture est une structure d’accompagnement de projets artistiques et de médiation culturelle. Nous sommes devenus producteur de disques par défaut parce-que nos artistes ne trouvent pas de maison de disques, avec l’effondrement du marché du disque tous les marchands producteurs ont fermé boutique. On essaye de continuer à résister avec les artistes et proposer encore de la musique enregistrée. Le disque n’est plus qu’une carte de visite de l’artiste.

Quel est votre carburant quand on sait qu’il est difficile de porter un festival ?

Mon carburant c’est la passion que je porte à la musique kabyle en particulier et amazigh en général. C’est un vecteur d’expression et de résistance culturelle.

Y a-t-il une édition du festival qui vous aura marqué ?

C’est toujours le début qui est difficile donc la première édition m’a marqué parce que nous avons pris beaucoup de risques sans aucun soutien au départ.

Cette année, vous aurez Lounis Aït Menguellet, Azal Belkadi et Ezza, comment avez-vous fait ce choix, à priori rien ne rapproche les trois artistes ?

Effectivement cette année nous avons programmé Lounis Aït Menguellet pour célébrer les 50 ans de sa carrière, le festival avait déjà organisé un évènement unique en l’honneur de ses 40 ans de carrière lors de la deuxième édition en 2007. Et pour cette année, nous tenons à lui consacrer une soirée exceptionnelle. Azal Belkadi est un artiste complet que j’ai découvert à travers son projet d’album Izlan. Concernant Ezza, c’est un groupe que j’ai vu sur scène et dont j’ai apprécié leur performance artistique et leur musique.

Un regret peut-être ou un souhait ?

Sans regret et notre souhait est d’organiser une version parisienne ou l’équivalent du festival en 2018.

Entretien réalisé par Hamid Arab

Plus d'articles de : Débats

Commentaires (3) | Réagir ?

avatar
moh arwal

Certains utilisent Tamazgha et Thamazight, donc la nation kabyle, comme tremplin pour se lancer dans des affaires véreuses en inventant des festes, festival, hommages des magouilles etc, dans leur interet personnel au nom de la culture et du militantisme associatif, literraire artistique.

Il faut les denoncer car ils doivemt arreter de folkloriser le combat des militants honnetes dont plusierus ont même donné leurs vies:homnze a ces plaventristes.

avatar
moh arwal

correctif:lire:honte a ces plaventristes

avatar
Massine Ait Ameur

les communuates Amazigh en Europe sont nules! Pas une d'entre elle a un simple centre communautaire, ecole ou centre culturel ! Meme les gens qui sont arrives recemmnt du Bengladesh ont au moins un centre culturel. Nuls, affables, radins et miserablement inefficaces a l'image de leurs societes en Afrique du Nord ou ils sont citoyens de deuxieme zone.