Régression et débats inféconds : takfirisme et 14 siècles d’infantilisme !

Rachid Boudjedra et Amine Zaoui.
Rachid Boudjedra et Amine Zaoui.

Il y a, comme ça, des nouvelles qui vous laissent pantois, sans mots et sans voix, quand elles vous apprennent qu’un collectif d’intellectuels, dont Amin Zaoui (radhia ellahou, ou Bacchus 3anhou, allez savoir ! dira-t-on plus tard) se dresse pour dénoncer, suite à la brutalité dont a été victime Rachid Boudjedra, des attitudes d’intolérance chronique qui consistent à pointer du doigt tout Algérien qui ne vibre pas aux rythmes de la profession de foi "Achhadou ene la illah illa allah" et lui faire endosser des chemins de croix qui mènent au rachat de toutes les transgressions du monde !

Mais, Dieu de Dieu ! comment s’insérer dans un tel débat relatif au takfirisme, et en même temps oser se dédouaner du fait d’être partie prenante de ces messages sortis du néant pour abrutir la race humaine ?

Il ne subsiste donc plus, pour l’intellectuel algérien, que l’unique voie qui consiste à se mêler de l’affaire trucmuche et truc-machin dont on ne retrouve pas l’assassin, et perdre autant d’énergie cérébrale pour remettre en question et faire condamner le fait de pointer du doigt des "penseurs" apostats de la stature de Rachid Boudjedra ?

Après feu Malek Chebel qui énonçait qu’il fallait avoir bac + 7, en langue arabe, pour comprendre le Coran, voilà que nos intellectuels, lesquels doivent certainement se targuer d’un bac +14, pour les uns, et bac +17, pour les autres, se laissent happer par les tourbillons des ténèbres, en usant d’envolées discursives collectives, enveloppées dans un emballage de bravoure et de courage offensifs, pour nous annoncer qu’ils allaient unir leurs forces pour dénoncer et faire cesser ce takfirisme dément qui permet à des abrutis de jeter l’opprobre sur tout individu qui ne se soumet pas à ces préceptes décousus, à l’origine de la folie collective dont sont atteints les gardiens du temple et l’ensemble de leurs sujets !?

Qu’avons-nous donc fait au bon Dieu pour assister, impuissants, au saccage de la matière grise de nos intellectuels et ainsi la voir s’engouffrer dans une spirale de questionnements et de combats qui n’ont rien à envier à celles des épopées de la Djahilia ?

Oh intellectuels algériens ! Où que vous soyez, osez avancer vers l’avant ! Arrêtez de contribuer à faire reculer la société en la noyant dans des débats stériles qui l’enfoncent dans ces puits profonds d’insanités qui ne font que se creuser, année après année, mandat après mandat de la famille FLiN-toxo-Bouteflika !

Vous rendez-vous compte dans quel canal de débats stériles vous engagez vos efforts ?

Vous rendez-vous compte du coup fatal que vous portez au terme intellectuel en l’acoquinant avec toutes sortes de supercheries funestes ?

Vous rendez-vous compte de la main tendue à ces imposteurs qui puisent leurs illégitimité d’un message qui porte l’empreinte de 14 siècle de dérives et d’impostures, en acceptant de leur livrer combat sur leur propre terrain, celui de la supercherie de masse du trou noir mystique ?

Pourtant, vous devriez tous le savoir, honorables intellectuels ! Qu’il s’agisse des trous noirs galactiques ou de leurs équivalents mystiques, aucun rayon de lumière, si intense soit-il, n’a la moindre chance d’en échapper une fois qu’il ose s’y engouffrer ! Pensez-y, avant de vous y aventurer !

Ah ya Kateb khouya ! 30 années après ton testament (*), voilà que tes héritiers supposés nous font tourner en bourriques pour sublimer tout ce contre quoi, toute ta vie, tu t’es battu : les supercheries de Moïse, Jésus et Mahomet !

An3el-bou (réplique, rendue douceâtre par "onques" gorgées à 6°, du juron originel de Amara Benyounes !) l’intellectualisme qui s’essaye à pagayer les pensées sur des océans troubles et insensés du takfirisme et autres "abruti-ismes" de masse, intégralement inféconds !

N’est-ce pas un outrage pervers porté à l’héritage de Kateb Yacine, de Boualem Sansal, voire de Yasmina Khadra et de Rachid Boudjedra, que d’intégrer le débat intellectuel dans les méandres de la "tauto-khoroto-logie" des chicanes mystiques ?

En ce qui me concerne, quitte à être le seul "isola" à penser cela, je trouve bizarre, voire absurde, envers le bon sens de l’humanité, d'attribuer le terme intellectuel à tout ce qui disserte de sujets liés à la religion ! Un intellectuel justement (pour lever toute équivoque, je ne me considère pas, et ne me considèrerai sans doute jamais, comme tel ! Comment oser se targuer de telles postions supérieures, quand chaque millimètre de vos tripes vibre avec les entrailles du citoyen d’en bas ?) est un éternel tourmenté par les dimensions collectives et grotesques que prennent de telles sornettes ! Ces briques mystiques avec lesquelles on continue de construire des barrières infranchissables entre la raison et la déraison des hommes !

Il ne s'agit pas pour l’intellectuel de chercher à expliquer toutes sortes de fadaises ou de remettre en cause quelques ramifications égarées et disparates sous un angle et une vision avertis, mais de, catégoriquement et en bloc, tout désavouer. Ce n'est que sous tel angle de vue qu'il peut se targuer d'une participation active et sensée à l'éveil de la société ! Se laisser entraîner, voire noyer dans de tels débats stériles est un aveu d'impuissance intellectuelle, voire d'une capitulation pure et simple face à une supercherie bien plus dense en termes de déficience ! Parlez-moi d’intellectualisme et de ses combats d’éveil quand on se laisse ainsi entraîner dans l'arène du takfirisme ! Une dérivée, parmi tant d’autres, du wahhabisme, du salafisme et autres islamismes. Ces crétinismes immoraux et douteux dont on irrigue les cerveaux de nos enfants, à un âge où ils tètent encore le biberon, pour les scléroser pour de bon !

Cet empressement à rentrer dans l’arène mystique rappelle les épisodes d’une certaine ouverture politique pendant laquelle de nombreux illuminés avançaient l’idée de modifier le mode opératoire FLiN-tox en s’y intégrant pour le faire muter et l’assainir de l’intérieur. C’est comme si on confiait à quelques poires saines une mission spéciale d’épuration, en les introduisant dans un cageot de poires pourries (souvenirs et hommage à notre directeur du collège Sarrouy de la Casbah d’Alger. Du temps où sa blancheur rayonnait de mille et une espérances pour s’engouffrer le long de chacune de ses venelles et en chasser les marques des obscurités cumulées du passé et celles que présageaient les Ben Bella, les Boumediene et autres Abdelaziz premier).

Ceci dit, malgré leur ton délibérément acerbe, ces éléments d’analyse personnelle ne doivent pas être perçus comme une posture de condamnation sans appel d’une telle initiative ! Par contre, avant de la saluer, attendons d’en percevoir les effets ! L’Histoire, récente et ancienne, des citadelles mystiques, démontre combien elles sont coriaces à toutes sortes d’assauts, qu’ils soient organiques ou intellectuels ! Ce n’est pas en s’y engouffrant que l’on peut espérer les modifier, les arrondir, et les rendre fréquentables, mais c’est en les combattant sans relâche que l’on peut, un jour, dans un siècle ou dans mille ans, espérer les défaire !

Moralité, la "sirat el-moustaqim" a encore de nombreux et tortueux chemins à parcourir, sous moult nuits assombries du pays ! Pour autant, il ne faut pas déchanter non plus ! Tant que subsistent, sur cette Terre, des endroits qui vous laissent encore le choix d’une piste autrement plus vivifiante, celle d’une "sirat kriw3atines" paisible à "gusto", il est encore permis de rêver d’un monde où chacun choisit son chemin, sans chercher, au nom de cieux vides et insensibles à nos malheurs, à empiéter sur la parcelle du voisin !

Kacem Madani

(*)

Plus d'articles de : Opinion

Commentaires (8) | Réagir ?

avatar
Quelqun EncoreQuelqun

Mince alors! Comment ai-je pu louper un tel débat? Maâlich, il faut dire qu'en ce moment, les chambres consulaires, dont j'ai accessoirement la charge du contrôle, donnent beaucoup de fil à retordre à l'Etat; la plupart de leurs barzidane (s) ont été élus ou réélus il y a à peine six mois et... allez barka thoura ! L'essentiel étant que m'apercevant de mon retard, je me suis posé la question du commentaire susceptible de faire dans le moins "hors sujet" et pouvant rejoindre les jérémiades, non vghigh adinigh les gémissements Ouvarwaq ou bien l'indignation de Kacem.

Eh bien, pour tout vous dire et être franc avec vous en ce mois de piété et de rahma, wallah ma oufighd... ou plutôt oufighéd mais avec un tel degré ous'khozzédh qu'il ne me viendrait pas à l'esprit d'infliger cela à une intervention de Madani. Autrement, j'aurais repris Amirouche (qui fut chanteur avant de déclarer son allégeance au MAK) : "... Ya si L'Madani, Na3ya sil'festi yawk dh'lataktik... ". Mais l'ai-je fait? Khati, khati ! Nétsémqadar nék dh'Madani, et je ne me serais jamais permis.

Ma3na, ceci-dit, mazal thwekkiwth éni théts'ghezz dh'gui, ilaq adinigh, "... vghigh adnigh, adh'yifsouss wouliw... ".

C'est ainsi donc, après concertation avec moi-même, et un vote à main levée (au singulier, hein !), il a été décidé, en réaction à l'intervention de Madani et aux commentaires de certains commentateurs dont je tairai le nom d'Avarwaq, d'opter pour la réchauffage d'un commentaire récemment publié avec l'aval de son Excellence le modérato. Je vous préviens; celle ou celui qui aura réussi à trouver le rapport (éventuel) de ce commentaire avec le thème traité par Kacem Madani et les commentateurs, sera définitivement élu "Mon Gourou".

Voici donc ce que disait mon commentaire:

"... En effet, la rencontre entre l'Homo-sapiens du Yemen et celui dont a été retrouvé la trace au sud du Maroc aurait donné naissance à un Homo-nouveau dont le kabytchou représenterait l'une des formes les plus aboutie encore que...

Le kabytchou est reconnaissable tout d'abord au pif assez prépondérant. L'homo-kabytchou est particulièrement fier et vindicatif, notamment lorsqu'il vient à manquer d'une substance quasi-vitale; la chemma. Espèce très répandue au nord de ce qui est aujourd'hui appelé âne-j'ai-ri, mais qui a tendance à prendre dans d'autres milieux pourtant réputés hostiles. L'on peut citer des milieux naturels tels Montreuil, la Courneuve, le Cabaret Sauvage, le Zénith de Paris, quelques bistrots mal famés...

Cependant, et ce malgré le degré de développement atteint par l'Homo-kabytchou, il n'en demeure pas moins que l'espèce est encore menacée d'extinction. Les raisons sont multiples, à commencer par la fameuse chemma rendant l'homo-kabytchou quasi repoussant, l'empêchant ainsi de se reproduire, mais également d'autres raisons beaucoup moins évidentes à l'oeil nu mais tout à fait fondées pour qui sait observer.

On peut citer, à titre d'exemple et non d'énumération, les phénomènes MAK, RCD, ou encore un insecte dont la piqure est comparable à celle du tsé-tsé; il s'agit en particulier du "L3âzizus Bouteflikatus" ou, plus généralement, tout ce qui est issu de la famille des "FLN'optères".

Des études grandeur nature mettant en action l'Homo-kabytchou ont régulièrement cours ici-même sur les pages du très sérieux magazine scientifique Le Matin DZ'us. Les "sujets" d'étude sont représentatifs de l'espèce et leur choix répond à un cahier des charges des plus contraignant.

Ces études ont débouché sur un classement encore plus fin de l'espèce. Se dégagent donc au moins deux sous-espèces de kabytchous: le kabytchou cousin germain de l'Homo-sapiens yéménite, et le kabytchou nord-africain pur jus.

Le premier est généralement reconnaissable à la sémantique et aux "refoulés" lorsque le second est reconnaissable à l’appétit (de quelque nature) et aux excès. La première sous-espèce pourrait avoir pour élément représentatif le Moharwalus, reconnaissable notamment à l'odeur. Quant à la seconde sous-espèce, on lui cherche encore un représentant-type tant elle est instable et mouvante.

avatar
Hend Uqaci Ivarwaqène

Bac plus 7 ? Nekini je peine à sortir du coma éthylique inversé ketchini a thesfourouded dilekhawatar. J’ai plus une goutte d’alcool dans mon sang bessah at qaredh il faut être un génie pour comprendre Boureb. Safi boureb non seulement il cause une langue qui nous est étrangère yerna il s’est arrangé pour qu’on en entrave que pouic. 9afi il me faut un éxègète pour comprendre ce que veut dire elqari3atou ? Sew yeweth sghouri a Madani !

visualisation: 2 / 7