"Nous avons fait l'amour, vous allez faire la guerre": récit flamboyant d'une génération de privilégiés

La couverture de l'ouvrage.
La couverture de l'ouvrage.

"Nous avons fait l'amour, vous allez faire la guerre" est un ouvrage écrit par Jean Bothorel, 600 pages, 23,90 euros et édité chez Albin Michel, 2017.

Le vieux projet de l'ancien président français, Valéry-Giscard d'Estaing (VGE) vient d'être mis en place avec l'accession au pouvoir d'Emmanuel Macron. C'est, entre autres, ce qu'on apprend dans ce précieux et riche journal de Jean Bothorel qui vient de sortir aux éditions Albin Michel. Ainsi à la demande de Valéry-Giscard d'Estaing, l'auteur organise une rencontre le 15 juin 1987 entre l'ancien président et Bernard-Henry Lévy et Pierre Bergé. VGE veut transmettre un message au président Mitterrand. VGE est sûr que Mitterrand va remporter la future présidentielle. VGE souhaite que Mitterrand mette sur place, à ce moment-là, un gouvernement qui irait du PS au RPR. "Il nous faut sortir des vieux clivages idéologiques. Les Français, j'en suis convaincu, attendent cette modernisation, ce changement", affirme VGE. "Ce ne serait pas un changement, ce serait une révolution", répond BHL. C'est cette révolution, en Marche, qui voit le jour, trente ans après cette rencontre. Presque incroyable. "Nous avons fait l'amour, vous allez faire la guerre", regorge de magnifiques anecdotes sur le milieu des médias, sur le milieu des politiques français. On ne se lasse pas de suivre le journaliste et écrivain Jean Bothorel dans ses différentes pérégrinations tout au long de ces 600 pages. Ce journal démarre en 1981 et se termine en 2012.

D'un média à un autre, Jean Bothorel est souvent au cœur de l'actualité dans un Paris où les hommes politiques, les artistes, les écrivains, les lobbyistes ont leurs habitudes, leurs accointances, leurs espoirs et leurs rêves. Lorsqu'il déjeune pour la première fois avec Sarkozy, le 19 janvier 1984, Jean Bothorel écrit : "Sarlozy semble s'être affranchi de toute forme de convenance, de délicatesse. Il manque de cet art qui est la marque de cette éducation bourgeoise et, loin d'être un handicap, cela devrait le servir. L'avenir appartient aux vulgaires avant d'appartenir aux barbares (...)".

Le 18 décembre 1989, Jean Bothorel accompagne Hocine Ait-Ahmed à Alger, après un long exil de 23 ans. "Je ne suis pas revenu à Alger depuis 1976. J'ai l'impression de l'avoir quittée hier, tant l'Histoire ici s'est arrêtée. Un seul changement et il est de taille : la multiplication des femmes voilées ressemble à la multiplication des pains. Une jeunesse désoeuvrée, lasse, déambule dans la ville, sans argent, sans travail, souvent sans logement", écrit Jean Bothorel.

"Nous sommes contre la laïcité, contre la mixité à l'école, contre le travail de la femme, contre le maquillage", soutient Abassi Madani. "Tout cela n'augure pas un avenir joyeux. Aujourd'hui j'ai reçu un autre coup sur la tête. Ait-Ahmed m'a en effet invité à me rendre avec lui et une délégation du FFS dans son village natal, Ait-Yahia, près de Tizi-Ouzou. Il s'attendait, et moi aussi, à être reçu par une foule enthousiaste. Personne. Il est clair que les services de sécurité avaient fait comprendre aux habitants de la région de rester chez eux, sinon..", écrit Jean Bothorel.

Le 7 juin 2007, Jean Bothorel déjeune avec l'écrivain Claire Fourrier qui lui parle du détachement Vlassov, ces soldats russes qui avaient rejoint les nazis ; ils avaient surtout combattu en Bretagne, ils avaient été beaucoup plus violents que les nazis. Chaque page de ce journal de Jean Bothorel est un délice, chaque page nous apprend des choses, chaque page nous dévoile un pan caché de ce monde parisien qui fascine tant, qui fait tant rêver également.

Journaliste au quotidien Le Matin de Paris, éditorialiste au Figaro pendant près de quinze ans, Jean Bothorel est également l'auteur de nombreux livres dont les biographies de VGE, de Jean-Jacques Servan-Schreiber ou encore de Louise de Vilmorin.

"Nous avons fait l'amour, vous allez faire la guerre" est un livre à lire absolument, c'est un livre plein d'enseignements, c'est presque le roman-vrai de toute une génération.

Youcef Zirem

* "Nous avons fait l'amour, vous allez faire la guerre", de Jean Bothorel, 600 pages, 23,90 euros, Albin Michel, 2017.

Plus d'articles de : Culture

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
Quelqun EncoreQuelqun

Il fut un temps où j'aurais certainement pu succomber aux charmes que vous décrivez, et donc me précipiter acheter ce livre. Mais -comme dirait la pub- "ça, c'était avant" !

Avant que le monde qui m'entoure ne me laisse presque aucun choix si ce n'est celui de l'évasion ou de sa recherche. Les quêtes de la culture, de la politique, de l'économie, des relations internationales... ne sont plus qu'un vieux souvenir. Plus j'avance en âge, plus le quotidien me ramène le postérieur sur terre; yeggouma ayissarrah adh'chaligh... ne serait-ce que par le rêve ya dine Rabb! Dès lors, amék thévghidh à Si Zirem que je me rouasse tel un rapace sur ce livre pourtant si bien "vendu".

Nék thoura, a3yigh ség Sarko, ség Mitterrand, ség Chirac, ma yelle dh'gha dh'VGE, oula aydinigh. Même Da l'Hou que le livre cite apparemment ne réussit pas à me tirer d'affaire: yénza définitivement waghyouliw. Lorsqu'il me prend un quelconque sentiment de culpabilité à propos de ma démission, j'ouvre mon navigateur et je commence à cliquer; ma façon à moi de me convaincre que JE SAIS. En fait, youghal idhaq élkhatriw.

D'ailleurs, les lecteurs du métro ou des trains SNCF ont développé un don ces derniers temps; vous vous demandez certainement lequel. Ne cherchez pas trop, le don est juste celui de m'énerver. Oui, m'énerver. Allez comprendre quelque chose à un esprit kabytchou perdu au milieu d'une Normandie de plus en plus enturbannée, d'une kabylie de plus en plus indépendantiste, ce qui vous met le postérieur dans une sacrée position entre deux sièges. "... C'est pas facile !" dirait Akli D.

Mâ3na, attane'siou, je n'ai pas dit cela pour me dédouaner de ne plus avoir envie de lire; c'est encore pire: je milite pour le droit à l'inculture! BHL, Zemmour, FinkielKraut, Al Djazira, Najat Vallaud-Belka, Moh Arwal et bien d'autres ont fini par me convaincre de la justesse de mon combat.

Quoi qu'il en soit, élhassone bonne lecture aux futurs acquéreurs que je ne manquerai certainement pas de croiser dans le trains ou le métro et qui vont certainement... m'énerver!

avatar
Kacem Madani

Wellah akhinidh à quelqu’un ar ye3ya el-khatar dhi la lecture agui qui cherche à nous entrainer vers un questionnement de l’Histoire pour nous ramener à « l’originel » des choses, du style « Adam avait-il un nombril » ou « pourquoi Napoléon mettait-il la main dans son giron » sans nous proposer de réponse ! Les petites histoires de la grande Histoire ça épuise bien plus qu’elles ne relaxent les 3 derniers neurones préservés pour l’ultime chahada ! Cheers !