Au marché de Tiaret, le poisson est vendu sous le soleil !

Le poisson vendu sous le soleil.
Le poisson vendu sous le soleil.

À chaque Ramadhan, une certaine anarchie est constatée dans presque touts nos marchés et quartiers…

Pour se faire du pognon, il suffit d'installer une petite table et commencer à vendre du n’importe quoi, n’importe comment et à n’importe quel prix... Toutes sortes de produits alimentaires qui exigent une vente réglementée sont commercialisés dans les rues et à ciel ouvert : pain, Dioul, Frik, gâteaux traditionnels ou autres, jus, boissons gazeuses, flans, petit lait, beurre, fromage, œufs, kalb ellouz, zlabia et poisson…

Dans pareille situation, comment contrôler et qui sanctionner ? Que font les autorités ? On est devant un état de fait dramatique, une démission flagrande des services d'hygiène et en face à des commerçants ambulants qui sont dans une fuite en avant pour gagner de l'argent.

Au marché couvert de Tiaret, la commercialisation du poisson se fait elle aussi d’une manière la plus anarchique. Les poissoniers continuent d'exposer leur marchandise jusqu'à des heures tardives de la journée et sous un soleil de plomb. Ils font fi des moindres mesures d'hygiène. Aucun n'a été inquiété par quelque organisme de contrôle.

L'état des lieux sont propices à la prolifération de mouches et d'insectes, et même des maladies car le réseau d'évacuation des eaux usées est défaillant, elles se déversent à vue d'oeil sur la chaussée.

Que fait la commission d'hygiène de l'APC et surtout que deviennent les associations de la défense des consommateurs ? Personne ne lève la voix. L'indifférence règne en maîtresse.

A cette absence des associations pour la défense du consommateur vient se greffer un autre facteur non évoqué. La notion de protection du consommateur est un concept ignoré par les autorités locales, pis encore elle est loin d’être une priorité.

De Tiaret, Ouragh Khaled

Plus d'articles de : Algérie

Commentaires (0) | Réagir ?