Zeddek Mouloud chantera le 16 juin à Boudjima

L'immense Zeddek Mouloud.
L'immense Zeddek Mouloud.

Après une tournée mondiale intitulée "D’abrid kan", qui l’a menée de Paris à Montréal en passant par Philadelphie (USA) au courant de cette année, Zedek Mouloud s’apprête à atterrir le 16 juin prochain à Boudjima, une petite commune de la wilaya de Tizi Ouzou.

Pour son unique gala programmé à Tizi Ouzou pour toute l’année 2017, le ciseleur du verbe Kabyle Zedek Mouloud sera l’hôte de cette commune aux mille et une oliveraies coincée entre la vallée des Amraouas et le massif des Ivehriyen en Kabylie maritime.

Zedek Mouloud viendra égayer les nuits ramadhanesques de sa Kabylie qu’il affectionne tant. Il reviendra à Boudjima, encore une fois, pour refaire en plus grand le gala de l’année écoulée qui a vu des milliers de jeunes et moins jeunes affluer vers cette enclavée bourgade le temps d’une veillée, le temps d’une nuit de ramadhan. Ayant décidé de prendre du recul, il n’a pu résister à l’appel de ses nombreux fans qui le réclament et qui l’acclament sans faillir. Juste après Boudjima, il animera aussi un gala dans un stade à Bouira.

Du Cabaret sauvage à Paris, à l’Olympia de Montréal au Canada en passant par Philadelphia, le poète au verbe acéré et bien ciselé remplit les salles qu’il fait vibrer avec ses sonorités bien de chez nous.

Avec un orchestre bien rodé, Zeddek Mouloud sillonne les villes du monde pour répondre à l’appel pressant d’une diaspora kabyle en mal du pays en attendant prochainement un grandiose gala au Zénith de Paris qui couronnera une tournée internationale mémorable. "Il est temps pour moi de prendre mon destin entre les mains et semer mes paroles aux quatre coins du monde", nous a assurés le barde lors d’une rencontre à Paris. Zedek est l’un des meilleurs ambassadeurs de la chanson Kabyle.

A la question de savoir pourquoi chanter à Boudjima et pas ailleurs, l’artiste aux paroles d’or justifie ce choix par l’amour que lui témoignent les habitants des Ath Ouaguenoune. "A Boudjima, je suis comme chez moi au milieu des miens. Aussi, je veux insister sur le sérieux des organisateurs de ces nuits ramadhanesques. M. Saci est un amoureux de la culture amazighe, un infatigable militant de la cause amazighe qui réunit tous les moyens indispensables pour la réussite de ce genre d’événement. J’ai déjà travaillé avec lui l’année passée. C’est avec un grand plaisir que je réponds à son appel cette année encore", explique Zedek Mouloud.

Pour sa tournée internationale, Zedek assure qu’il n’a fait que répondre aux appels pressants d’une diaspora Kabyle nostalgique des senteurs et des sonorités du pays. "A Paris, à Montréal et à Philadelphia, j’ai vécu une parfaite osmose avec nos compatriotes expatriés par la faute d’un système aux antipodes des aspirations populaires. La communauté Kabyle qui vit sous d’autres cieux plus cléments a soif de sa culture, de son pays. Elle s’accroche à la moindre brise venue de ses lointaines montagnes", nous apprend celui pour qui la poésie est l'oxygène qu’il respire.

A la question de savoir s’il compte enregistrer un nouvel album, l’artiste assure que cela se fera en temps opportun. « Tant que je vis, je chanterai. La chanson est ma raison d’être, ma culture est ma vie. Néanmoins, je ne produirai jamais juste pour le plaisir de produire mais lorsque le besoin se fera sentir » explique-t-il.

B.R.

Plus d'articles de : Culture

Commentaires (0) | Réagir ?