La présidence vire Messaoud Benagoun, ministre du Tourisme et de l'Artisanat

La présidence vire Messaoud Benagoun, ministre du Tourisme et de l'Artisanat

Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a démis dimanche, M. Messaoud Benagoun de ses fonctions de ministre du Tourisme et de l'Artisanat, indique un communiqué de la présidence de la République

Le plus jeune ministre du gouvernement Tebboune serait un faussaire. Il vient d'être sèchement limogé. "Conformément aux dispositions de l'article 93 de la Constitution et sur proposition de M. Abdelmadjid Tebboune, Premier ministre, son excellence Monsieur Abdelaziz Bouteflika, Président de la République, a démis ce jour, M. Messaoud Benagoun de ses fonctions de ministre du Tourisme et de l'Artisanat", précise le communiqué.

Messaoud Benagoun n'aura été ministre que trois jours. Pour se consoler, il aura sans nul doute battu le triste record du plus court mandat de l'histoire d'un gouvernement.

Bien entendu l'information officielle ne donne aucune raison de ce limogeage unique dans l'histoire. M. Benagoun, proposé par le MPA d'Amara Benyounes, aurait un casier judiciaire long comme un bras. Mieux encore, il aurait trafiqué son diplôme universitaire, révèle Ennahar. Encore, une fois, à la lumière de ce grave précédent, on mesure l'improvisation qui a précédé la mise en place de ce gouvernement. Comment en effet un ancien ministre a-t-il présenté un homme à un poste aussi important avec des antécédents aussi compromettants ? Où se situent les responsabilités dans ce scandale ? Au MPA ? A la présidence ? Ou va-t-on charger le désormais ex-ministre ? En attendant de répondre aux questions, on sait au moins que ce jeune a été un candidat malheureux aux législatives sous les couleurs du MPA d'Amara Benyounès.

Notons enfin que le communiqué qui annonce le limogeage de l'indélicat Benagoun est signé de la présidence, pas du Premier Ministère.

La rédaction avec APS

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (13) | Réagir ?

avatar
samir mderci

" Adkhoul ya mbarak bik bi hmarak" et vive la ploutocratie républicaine, au suivant, pourtant la DGSN et la Gendarmerie très budgétivore n'ont plus de renseignements alors?

Ou alors même pas un petit BRQ, bon dieu un pays sans services de renseignements, ou alors le présidenT n'aime pas les renseignements pourtant utiles avant des nominations gouvernementales ou autres fonctions à travers tous les pays du monde sans exception.

avatar
Aarav BELKACEM

Un ministre nommé puis démis de sa fonction en tant que ministre sans qu'on sache comment il a pu être retenu pour être ministre puis sans qu'on sache non plus pourquoi on l'a démis. Ce genre de décision reste énigmatique. Il fallait écouter la télévision Ennahar pour savoir les raisons. Nous avons l'impression que la chaîne de télévision Ennahar est devenue un organe officiel du gouvernement. Avant cette nomination nous devions savoir que ce monsieur s'est présenté aux élections législatives précédentes, ce qui laisse supposer que le monsieur n'a pas d'antécédents judiciaires. Apparemment il n'y a que chez nous que ce désordre règne en maître absolu, sinon ou sont passés les services concernés pour contrôler la candidature de cette personne?... Un exemple type qui nous renseigne que le sérieux est absent dans le fonctionnement de nos institutions.

avatar
Rabah IBN ABDELAZIZ

Monsieur BELKACEM, ennahar ou plutôt la nuit : est la chaîne officielle de bouterma el hazag saïd bentflika qui gouverne ce malheureux pays dit Algérie pour nous les arriérés algériens ?.

visualisation: 2 / 12