Messieurs les dirigeants, vous ne faites plus rire personne !

La justice algérienne a lancé un mandat d'arrêt international contre Chakib Khelil, ancien ministre de l'Énergie, en plein été 2013.
La justice algérienne a lancé un mandat d'arrêt international contre Chakib Khelil, ancien ministre de l'Énergie, en plein été 2013.

Il n'y a plus de gouvernement, il n'y a plus de gouvernance, pas même un semblant de gestion du pays, nous sommes la risée du monde entier et ils continuent, regardez-les, ils continuent à vouloir faire rire la planète après avoir fait pleurer l'Algérie.

Ils se font un concurrence sauvage dans la course au ridicule, c'est à celui qui sera le plus drôle, le plus créatif dans la bouffonnerie, le plus proche de Louis de Funès. Et, de fait, il faut avouer qu'il est difficile de les départager. Qui est le plus loufoque ? Ramtane Lamamra, notre truculent ministre des Affaires étrangères, qui décrète que Macron et l’ami des dirigeants algériens... quelques jours avant que ce même Macron adresse une méchante mise en garde à l’Algérie ou Djamel Ould Abbès qui pond, chaque jour que Dieu fait, une débilité pro-Bouteflika pour faire oublier qu'il vendait, via son fils, les places de députés au plus offrant ?

La dernière stupidité mérite qu’on la rappelle : Djamel Ould Abbes ne "partira que lorsque le Président mettra fin à mon mandat". Mais on vous croit sur parole ! Vous n’êtes pas de la race des gens qui s’en vont, vous seriez plutôt de celle des gens qu’on limoge ! Et je ne résiste pas à l’envie de vous signaler cette autre sortie tout aussi grotesque : "Les contestataires se trompent. Ils pensent qu’il n’y a pas d’État. Mais si, il y a le vôtre, le cercle des brigands que vous appelez Etat et qui, du reste, ne s’en cache pas : après la nomination d’un personnage condamné pour divulgation de secrets militaires, à la tête de Sonatrach, il est question de nommer Chakib Khelil, récemment encore recherché par Interpol, au poste de Premier ministre.

Il faut bien renouveler le patrimoine du Maryland ! Depuis le temps qu’il n’a pas détourné de l’argent algérien, le pauvre ancien ministre de l’Energie doit manquer de sous ! Et comme ministre de l’Economie, vous pensez à Farid Bedjaoui ? Et je verrai bien Hemche aux Finances. Ou ce qu’il en reste.

Il y a le vôtre, cette conjuration hétéroclite sans audience et sans autorité que vous appelez "Etat", que le peuple n'écoute plus, ne respecte plus et à qui il vient de donner une gifle retentissante à l'occasion de cette grande kermesse que vous appelez législatives et qu'il a boycottées en dépit de vos appels désespérés à la participation.

Lorsqu’un régime arrive à ce stade de mépris de la part du peuple, il est temps pour lui de songer à laisser la place

Mais j'ai oublié : vous n'êtes pas de la race de ceux qui s'en vont, vous attendez qu'on vous renvoie.

Didou

Plus d'articles de : Le coup de gueule de Didou

Commentaires (11) | Réagir ?

avatar
elvez Elbaz

Dans un état de droit ce "SINISTRE INDIVIDU" se retrouverait devant UN TRIBUNAL POPULAIRE avec ses commanditaires du cartel de ahnaya.

avatar
elvez Elbaz

Procès Saipem: Bedjaoui a été un passeur d'informations "confidentielles" entre Chakib Khelil et Eni

http://www. huffpostmaghreb. com/2017/04/05/bedjaoui-khelil-saipem-co_n_15826658. html

visualisation: 2 / 11