Moscou et Ryad s'entendent pour une réduction de la production pétrolière

Moscou et Ryad s'entendent pour une réduction de la production pétrolière

Les deux plus grands producteurs de pétrole, la Russie et l'Arabie Saoudite, se sont prononcés lundi à Pékin en faveur d'une extension de l'accord de réduction de la production jusqu'en mars 2018.

Cette annonce intervient après une rencontre en Chine entre le ministre russe de l'Energie Alexandre Novak et son homologue saoudien Khaled Al-Faleh, et avant une rencontre le 25 mai des Etats membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).

"Les deux ministres sont tombés d'accord sur la nécessité, afin de parvenir au but souhaité d'une stabilisation du marché, d'une prolongation des accords (de réduction de la production) pour 9 mois, jusqu'au 31 mars 2018", ont indiqué les deux ministres dans un communiqué commun.

Cette mesure doit permettre de "réduire le niveaux des stocks de pétrole à leur niveau moyen des cinq dernières années et à souligner la déterminations des producteurs à assurer la stabilité, la prévisibilité et le développement durable du marché", selon la même source.

Moscou et Ryad consulteront les autres pays producteurs de pétrole avant le 25 mai afin de "parvenir à un consensus complet" sur une prolongation pour 9 mois de l'accord de réduction de la production, poursuit le communiqué.

Les pays membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) sont convenus en novembre de réduire leur production de 1,2 million de barils par jour (mbj) sur une période de six mois à compter du début du mois de janvier de cette année en vue de soutenir les cours. Cette mesure a été partiellement suivie par des producteurs non membres du cartel, Russie en tête.

AFP

Plus d'articles de : Economie-Finance

Commentaires (1) | Réagir ?

avatar
samir mderci

Trop tard et impossible qu'ils s'entendent, alors à plus malin malin et demi, la Chine et les U S A sont les seules puissances avec l'europe à déterminer le prix du baril, ce sont les plus gros consommateurs et leurs réserves de sécurité leur permettront de tenir plus de 12 mois, leurs surstockage va avaler les prétentions pétrolières des pays producteurs.