Hommage à notre regretté camarade et ami Ahmed Kerroumi

L'assassinat d'Ahmed Kerroumi jamais élucidé.
L'assassinat d'Ahmed Kerroumi jamais élucidé.

Cher Ahmed ;

Cette année, nous avons choisi la date-anniversaire de ta naissance (le 14 mai) pour venir joindre de nouveau nos voix à la tienne et à celles de tes proches et amis pour réclamer que justice te soit enfin rendue et que la vérité soit faite sur ton ignoble assassinat.

Voilà en effet 6 ans que nous attendons tous, quoique vainement, que les institutions ayant en charge l’élucidation de “ton affaire” s’empressent réellement à lever l’opacité maintenue sur ta “sauvage liquidation physique”, sur son mobile ainsi que sur son ou ses auteurs et commanditaires. Et ce, même si tout laisse à penser – peut-être à cause de notre sous-information – que ces institutions ne feraient rien de tel et qu’elles se contenteraient du seul et grave fait qu’il y a déjà un présumé coupable derrière les barreaux (sans se préoccuper des conditions douteuses dans lesquelles il a été condamné tout en proclamant son innocence) – vu qu’elles vous considèreraient désormais, toi et ce jeune présumé être ton assassin, comme une “affaire classée”.

Le comble “dans cette histoire”, c’est que même la Cour Suprême – entre les mains de laquelle se trouve “ton affaire” depuis … 2013 – n’est plus en mesure, si elle décidait après son long silence de réactiver “ton dossier”, de diligenter une nouvelle enquête sérieuse et impartiale sur ton assassinat. Pour l’unique raison que la “scène de crime” où ton corps a été retrouvé en 2011 (notre local), qui était préservée en tant que telle par des scellés, a été souillée l’an passé pour cause de violation desdites scellés et l’occupation illégale du local.

C’est dire, cher Ahmed, combien il est devenu dur aujourd’hui d’être certain que la vérité soit faite dans un futur proche sur ton assassinat. Mais combien nous sommes certains, quant à nous, de la poursuite de notre mobilisation permanente aux côtés de tes proches et amis encore debout dans sa recherche. Et ce, malgré les apparentes conditions défavorables à son éclosion et la quasi-clandestinité qui nous est toujours imposée en dépit de nos démarches pour récupérer notre local et des promesses qui ne cessent de nous être faites à ce propos mais qui tardent à se concrétiser.

Repose en paix, cher Ahmed !

Tes amis du MDS-Oran

Plus d'articles de : Mémoire

Commentaires (0) | Réagir ?