Sonatrach : sa direction générale et son syndicat national hors la loi

Sonatrach : sa direction générale et son syndicat national hors la loi

Par miracle managérial de jungle, Sonatrach Spa s’est retrouvé avec deux PDG en fonction à la fois durant les journées du 20 et 21 mars 2017, l’un vrai et l’autre faux ! Un singulier fait illégal dans la gestion des sociétés par actions à l’échelle mondiale, évidemment une situation non tolérée par le code de commerce Algérien.

Sachant que M. Abdelmoumen Ould Kaddour a été installé dans ses fonctions de PDG le 20 mars 2017 par le ministre de l’Énergie M. Noureddine Bouterfa et ce, sans existence de décret présidentiel portant sa nomination à nos jours, tandis que M. Amine Mazouzi n’a été relevé de ses fonctions que le 22/03/2017 par décret présidentiel, donnant par là, deux jours de gestion commune pour les deux PDG en fonction à Sonatrach ! Quel insolite cas de gestion bananière, dont acte.

Le site web de Sonatrach nous apprend que le 20 mars 2017, le Ministre de l’Énergie a témoigné de son soutien, le soutien des plus hautes autorités du pays et à leur tête le Président de la République au nouveau PDG lors de son installation en présence des membres du Conseil d’Administration de Sonatrach, mais n’a soufflé mot sur l’inexistence de sa proposition de nomination au président de la République sur le sujet, ni sur l’inexistence de décret présidentiel portant nomination de M. Abdelmoumen Ould Kaddour en qualité de PDG de Sonatrach.

Cette gestion à Sonatrach laisse entendre qu’il y a anguilles sous roches ! Car voir le supposé PDG M. Abdelmoumen Ould Kaddour en l’occurrence, incapable d’adresser directement le traditionnel message de vœux aux travailleurs du groupe à l’occasion de la fête internationale du travail le 1er mai 2017, laisse supposer que dans peu de temps il faut s’attendre à un immense déballage sur la rentière gestion de Sonatrach.

Pas d’organe de participation

Sonatrach est sans délégué du personnel ni de Comité de Participation depuis la promulgation de la loi n° 90-11 du 21 avril 1990 relative aux relations de travail !

-Sonatrach est doté abusivement de faux représentants des travailleurs au sein du Conseil d’Administration depuis le 11 févier 1998, date de promulgation de ses statuts par le Président Liamine Zeroual ! Ou sont cachés les alarmistes juristes ?

Devant cette ancienne fatalité qui perdure à nos jours, voyons aussi la question relative au rôle du ministère du Travail non rempli, qui, par son corps d'inspecteurs, est chargé de constater les infractions au code du travail, en vertu de la loi 90-03 du 6 février 1990 relative à l'inspection du travail et l'article 138 de la loi 90-11 relative aux relations de travail. Pourquoi continue-t-on de ne pas réagir aux ministères du Travail et de l’Énergie pour ces cas de non droit à Sonatrach SPA ?

Mohamed Lefhel

Plus d'articles de : Débats

Commentaires (0) | Réagir ?