Echourouk sommé par Hamid Grine de payer ses dettes aux imprimeries

Hamid Grine.
Hamid Grine.

Le quotidien Echourouk doit payer aux imprimeries de l'Etat la rondelette somme de 60 milliards de centimes.

A l'occasion de la journée internationale de la presse, Hamid Grine s'est livré à son exercice favori du ministre au-dessus de la mêlée journalistique. Outre l'exercice du métier sur lequel il a beaucoup philosophé au micro de la chaine III, Hamid Grine a évoqué l'inévitable cas du quotidien Echourouk. Le ministre a ainsi expliqué que son interruption de parution momentanée est "purement commerciale".

Allant plus loin dans son argumentaire, le ministre Grine a souligné qu'Echourouk gagne beaucoup d'argent grâce notamment à sa télévision, doit payer ses dettes accumulées. Il révèle que les dettes de ce groupe de presse ivis-à-vis des imprimeries étatiques s'élèvent à quelques 60 milliards de centimes. Le ministre se fait pressant car, avertit-il, certaines de ces imprimeries sont "au bord du dépôt de bilan".

La rédaction

Plus d'articles de : Algérie

Commentaires (1) | Réagir ?

avatar
Hend Uqaci Ivarwaqène

Avec tout les services que Echourouk a rendu au pays dans la salafisation de la société, lui réclamer quelques malheureux 60 thimeliarine, si ce n'est pas de l'ingratitude kiskici?