L'autonomie des "douze salopards"(*)

Boumediene-Bouteflika ; le même système règne sur l'Algérie et obère l'espoir de changement.
Boumediene-Bouteflika ; le même système règne sur l'Algérie et obère l'espoir de changement.

Pendant les années de feu où le peuple algérien combattait pour sa libération, les planqués de l'extérieur, de l'autre côté des frontières (Boussouf, Boumédiène, … et leurs hommes de main) préparaient déjà la prise du pouvoir en accumulant les forces nécessaires pour le coup d'après. Plus de 50 après, l'Algérie paie encore les dégâts du putsch de l'été 1962.

Ce rappel est nécessaire car cette prise du pouvoir de 1962 par la violence structure durablement la société algérienne. De plus, la super-centralisation de la vie politique et la main-mise sur le pouvoir et sur l'économie d'une oligarchie issue du ''système FLN'' en est une composante majeure.

Pour mettre fin à cette situation de monopole sur la vie publique et le bradage des richesses nationales, des initiatives diverses commencent à émerger au sein de la société pour proposer des projets de décentralisation, de régionalisation, voire d'autonomie des régions. Le MAK (Mouvement pour l'autonomie de la Kabylie) en est une des illustrations les connues.

Un argumentaire de poids milite pour ces projets en rappelant souvent l'existence des six wilayas historiques, réellement autonomes, qui ont permis de conduire avec efficacité la guerre d'indépendance.

il est opportun de rappeler ici que le même ''système FLN'', à travers le MALG (1) de Boussouf et l'EMG de Boumédiène, avait alors déployé toute son énergie pour contrôler ces wilayas, par la centralisation du système de radio-communication et le noyautage, la rétention de l'armement, et à assassiner ou ''vendre'' les colonels responsables de ces wilayas à l'armée française, afin de faire le vide et de préparer la prise du pouvoir de 1962. Les faits sont connus.

Aujourd'hui, bien avant la maturation des projets d'autonomie des régions, à travers tout le territoire national à divers degrés d'avancement, le ''système FLN'' a déjà un coup d'avance : tout faire pour court-circuiter tout projet d'autonomie réelle par le noyautage des initiatives et préparer (dans la clandestinité habituelle) les textes nécessaires pour les vider de leur contenu (le dépouillage des APC de leurs prérogatives en est une illustration ; la manipulation de l'Aârach/Aârouch en est une autre) et sur un autre plan, déployer sa force de frappe pour manipuler les partis politiques et mobiliser les auto-stoppeurs politiques et les maffias locales pour fournir le personnel politique afin de conduire et concrétiser selon leur goût les projets d'autonomie dans chacune des régions d'Algérie.

Nous aboutirions alors à la ''décentralisation du système FLN'' et nous aurons, de l'Ouest à l'Est et du Nord au Sud de notre pays des ''autonomies des 12 salopards''.

C'est bien connu, dans le traitement des cancers, les médecins déploient toute leur énergie pour éviter la migration des cellules cancéreuses. Il en est de même en politique : extirper d'abord le mal avant d'envisager le déploiement. Dégager d'abord le ''système FLN'', c'est la seule voie de salut.

Aumer U Lamara

Notes :

(*) Tous les citoyens de Tizi Ouzou et de la région connaissent le ''Boulevard des 12 salopards'' (réellement boulevard des frères Belhadj), dénommé ainsi par la population et caractérisant le butin type de la maffia du béton et du foncier à Tizi-Ouzou. Notre exprimons ici notre respect à la mémoire des frères Belhadj qui se sont sacrifiés pour une autre Algérie.

(1) MALG (Ministère de l'Armement et des Liaisons Générales) ; EMG (Etat-Major Général).

Plus d'articles de : Débats

Commentaires (7) | Réagir ?

avatar
Rabah IBN ABDELAZIZ

Le F L N, le vrai à était assassiné l'été 62 par le clan d'Oujda, le fln de maintenant et depuis l'été 62 est un parti de mafieux, corrompus, voleur et hagaras (des hors la lois).

avatar
Faro Laz

Ceux sont ces 3 comparses qui sont à l’origine de tout ce que vit le pays aujourd’hui. Une chute sans qualificatif dans le niveau de n’importe quel critère dans n’importe quel domaine de l’activite humaine.

En effet en mettant de côté les seniors de l’époque pour des raisons connues d’eux seuls, ils, ces révolutionnaires de la onzième heure croyaient vraisemblablement pouvoir faire les choses eux autres jeunes et révolutionnaires pour construire un état, un pays et eux seuls, une demi-douzaine de ; en repoussant tout héritage bourgeois et français laissé malgré eux par ceux-ci après leur départ intempestif. Ils ne pouvaient pas tout emporter.

D’autres pays surtout du voisinage avaient et payé cher cette « éducation française » rubis sur ongle et avec beaucoup d’argent. Nous c’était insultes, bassesses, tortures et tueries pendant plus de 130 ans. Tout ce cumul de connaissance, d’expériences et autres aquis avait disparus ou fondu au soleil de 16 printemps.

On le dit pas carrément, mais on le sent quand on évoque n’importe quel aspect de l’histoire de l’un et / ou commune des 2 pays comme maintenant avec ces élections présidentielles en France et législatives en Algérie.

Personnellement je reste convaincu que ces individus dont le dernier végète lamentablement devant nos yeux avaient tout essayé et en se faisant, enfoncé le pays de plus en plus dans cette zone grise de l’incompétence et de retard sur le monde.

En attendant, ces gens-là avec le temps, se sont eux-mêmes transformés en petits bourgeois. Ils doivent bien se remémorer le bon vieux temps de la révolution confortablement installé dans leur appartements parisiens.

Imaginons un peu que le GPRA fut laissé dans sa tâche de tranquillement construire le pays en commençant avec cette constituante. Ou serait l’Algérie aujourd’hui ?

Je voudrais que l’on m’explique comment va-t-on faire pour remonter cette pente.

D’après ce que je lis un peu partout, on en est loin et pas près d’arriver à changer quoi que cela soit. Plus concrètement, une chose est sûre, c’est comme conséquence première de ce règne de ces messieurs est le niveau de toutes ces activités illégales qui bien plus rentables, se déroulent en dehors de tout système établi par les messieurs référés plus haut et qui pourtant font vivre des milliers de famille. Mais il reste que malgré la taille d’un des plus gros marchés informels du monde, ce beau monde est avili et culpabilisé, démonisé a un point d’adversité totale et irréversible. Ce commerce de tout et surtout de la monnaie nationale, de la contrefaçon de médicaments et de toute cette panoplie d’industrie souterraine de la mécanique, l’électronique, des matériaux de construction, etc. qui échappant à tout contrôle de normes et standards ne pourrait jamais être en accord avec et venir en aide à cet état. J’accuse ces messieurs sur cette photo qui stupidement avait repoussé ces millions de jeunes, dont moi-meme compris, à l’époque qui avaient contribué directement à tout cela.

Ne perdant pas cependant espoir, je me dis toujours pour la nième fois : voyons voir ces élections à la fin de cette semaine. Et on verra bien après. Salutations.

visualisation: 2 / 6