Des familles de détenus mozabites empêchées de tenir leur sit-in à Alger

Des familles de détenus mozabites se sont rassemblées à Alger.
Des familles de détenus mozabites se sont rassemblées à Alger.

Quelques familles des détenus mozabites ont tenté d'interpeller l'opinion publique nationale et internationale en tenant un sit-in devant la Maison de la presse Taher Djaout à Alger.

Les familles mozabites ont juste en le temps de déployer leur pancartes qui appellent à la libération de parents que les services de sécurité sont arrivés pour les disperser.

"Mon père ne m’a pas pris dans ses bras depuis plus de deux ans", "Vous avez coupé notre seule source de vivre", "Libérer mon père"... pouvait-on lire sur certaines pancartes tenues par des femmes et des enfants de détenus mozabites.

Ces familles se sont déplacées de Ghardaia pour faire entendre leur voix. Au cours de leur intervention, les forces de sécurité ont arrêté brièvement le jeune Oussama Talai et confisqué de nombreux smartphones des présents pour effacer les photos prises lors de ce rassemblement qui n'aura tenu qu'une poignée de minutes.

Depuis juillet 2015 Kameleddine Fekhar et une trentaine d'autres Mozabites sont détenus dans la prison de Laghouat. Des dizaines d'autres citoyens mozabites ont été arrêtés depuis et demeurent eux également en détention préventive. Kameleddine Fekhar a mené une grève de la faim qui aura duré plus de 100 jours pour protester contre sa détention. Un Comité national pour la libération des détenus, composé d'avocats, de jeunes activistes et de journalistes a été mis en place depuis quelques semaines et des actions de solidarité ont été menées pour libérer les détenus mozabites. Sans succès pour l'heure. Même si Kameleddine Fekhar a interrompu sa grève de la faim, les autorités demeurent sourdes à toutes les demandes de libération de ces détenus.

La rédaction

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (0) | Réagir ?