Bagarre générale avec des épées entre deux organisations estudiantines à l’université de Batna

Un étudiant blessé dans la bagarre au sein de l'université de Batna
Un étudiant blessé dans la bagarre au sein de l'université de Batna

Dans la matinée du mardi, vers 10h45, une dizaine d'étudiants ont été blessées dont quatre dans un état grave suite à une bagarre entre des étudiants à l'université 1, Hadj Lakhdar Batna.

Journée de violence inouie au sein de l'Université de Batna. Selon nos informations sur le lieu, il s'agit tout d'abord d'une discussion controversée entre étudiants qui a dégénéré en insultes et autres propos déplacés et qui a fini par dégénérer en une bagarre générale entre deux organisations étudiantines (ARENE et INEA). Une soixantaine d'étudiants armés de matraques, d'épées, de couteaux et de bâtons se sont affrontés sous les yeux ahurris des étudiants et des professeurs qui ne savaient plus où se réfugier.

Terreur au sein de l'université Hadj Lakhdar.

Selon toujours nos sources, la bagarre entre les deux organisations estudiantines a été provoquée probablement suite à des manipulations politiques de quelques partis. Un chose est claire, les affrontements ont causé de nombreux blessés et beaucoup de dégâts matériels au sein de l’université, apprend-on. La protection civile ont évacué les personnes blessées vers les services des urgences de l’hôpital de Batna, A rappeler que quatre d'entre eux sont dans état très critique et l'ensemble des étudiants ont déserté l'université apprend-on. Par-ailleurs, une enquête a été aussitôt diligentée par les services de sécurité afin de découvrir la ou les véritables causes de cet incident qui a crée une sisanie entre l'ensemble des étudiants.

Cette bagarre intervient au lendemain de la visite d'Abdelmalek Sellal à Batna. Le Premier ministre a d'ailleurs été accueilli par de nombreux jeunes aux cris : "Chaouias, Imazighen..." pour lui rappeler ses propos insultants qu'il a tenus pendant la campagne présidentielle de 2014.

Abdelmadjid Benyahia

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (8) | Réagir ?

avatar
moh arwal

LES 200. 000 ENFANTS VIELLARDS, FEMMES INTELECTUELS PACIFIQUES ET SANS ARMES ASSASSINES DANS LA DECENNIE ROUGE PAR LES SANGUINAIRES BARBARO-ISLAMO-INTEGRISTES DU FIS (Front islamique) ETAIENT DONC, SELON TOI, VIOLENTS A LENCONTRE DE L'ISLAM.

QUAND DONC ARRETERAS TU DE PETER UN ISLAM NAUSEABON?

-1
avatar
allilou aghroum

A ma connaissance sur les 200. 000 morts lors de la décennie rouge comme vous dite. Plus de 90% sont les terroristes et leurs familles, massacres collectifs des civiles qui ont voté FIS (Bentalha, Beni-messous, Rais etc...)

avatar
Aghioul Aghyoul

Je ne comprends pas pourquoi on met ça sur le Une. Il y a des violences quotidiennes dans toutes les universités algériennes. Comme tous les crimes populaires et étatiques, c'est devenu "normal". La culture islamique est la culture de la violence.

avatar
deradji nair

Nuance la culture islamique est la culture de la non violence mais violente que contre ceux qui sont violents contre l'Islam. Cette histoire relève bien des faits que la majorité de nos jeunes sont violents de nature comme les bande de la mafia durant les années trente en Amérique et en Italie et pour l'argent et la drogue et le sexe ils font tout ce qui est illégal meme les crimes les plus odieux comme cet enfant de 16 ans tué à Setif ou encore cet homme égorgé de la meme ville pour une histoire de femme.

visualisation: 2 / 6