Marche pour la libération de Fekhar : Médéa-Berrouaghia, étape hautement symbolique

Me Salah Dabouz avec Amroune Layachi, le vice-président du bureau de la ladh de Tamsilt
Me Salah Dabouz avec Amroune Layachi, le vice-président du bureau de la ladh de Tamsilt

Dans quelles conditions se déroulera cette troisième étape de la marche de Me Dabouz ?

La troisième étape de sa marche pour la libération de Kamel-Eddine Fekhar va mener Me Salah Dabouz de Médéa à Berrouaghia, un parcours de 25 km. Dans cette ville, l’avocat va rendre visite à des prisonniers incarcérés dans cette sinistre prison. Avant 1988, la ville de Médéa était le siège de la Cour de sureté de l’Etat. De nombreux opposants, accusés des crimes les plus graves, ont comparu devant cette juridiction d’exception. Située non loin de Médéa, la prison de Berouaghia servait à leur incarcération.

Le grand poète Mohya a immortalisé son inquiétante mémoire. Cette troisième étape est donc toute remplie de symboles pour qui a souvenance de la permanence de l’arbitraire et de la résistance à celui-ci. Les militants du Mouvement culturel berbère (MCB), de l’Association historique des enfants de Chouhadas et de la Ligue des droits de l’Homme témoignent de ce qu’est que d’être emprisonné à Berrouaghia.

Dans le parcours de ce jour, l’avocat de Fekhar a à ses côtés Amroune Layachi, le vice-président du bureau de la Ladh de Tamsilt (Msila). Il est à espérer que les tracasseries de la veille ne se répètent pas et qu’il sera permis à l’avocat de rendre visite à ses clients, qui rappelons-le sont disséminés sur plusieurs prisons alors qu’ils sont incriminés dans le même dossier.

Nous restons dans l’attente de plus de détails sur le déroulement de la marche de Me Dabouz.

Mohand Bakir

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (1) | Réagir ?

avatar
ahmed djaber

Je sais que vous n'allez pas poster ce commentaire mais en tant que democrate, Je ne peux qu'etre pour la marche de Mr. Dabbouz. Par contre, vous devez avoir honte d'avoir occulte la marche de dizianes de milliers de Kabyles a Paris. Le black out que vous observez sur cet evenement grandiose a l'instar des autre pseudo medias libres algeriens ne vous hommore pas. Ceci ne fait que renforcer nos rangs. Tfouh!

Vive la Kabylie libre!