Benflis : la mission d’experts de l’UE ne vient pas surveiller les élections

Ali Benflis a expliqué les raisons du boycott des législatives devant les experts de l'Union européenne.
Ali Benflis a expliqué les raisons du boycott des législatives devant les experts de l'Union européenne.

Le président de Talaie El Hourriyet a rencontré la Mission d’expertise électorale de l’Union Européenne. Lire le communiqué.

"M. Ali Benflis, Président du Parti Talaie El Hourriyet, a reçu, le 10 avril, au siège du Parti, à sa demande, la mission d’expertise électorale, dépêchée à Alger par l’Union européenne, à l’invitation des autorités algériennes, pour s’informer des conditions de déroulement du processus électoral.

La Mission a informé M. Ali Benflis que son mandat ne consiste pas en une opération d’observation des élections mais se limite aux aspects techniques du processus électoral en cours.

La Mission, composée de quatre experts, s’est enquis auprès du Président du Parti des raisons qui ont motivé la décision prise par Talaie El Hourriyet de ne pas prendre part au prochain scrutin législatif.

Le Président du parti a rappelé les motivations de cette position, prise démocratiquement, et qui réside fondamentalement dans deux raisons principales, largement portées à la connaissance de l’opinion publique nationale, à savoir,

- le fait que le scrutin n’apportera aucune solution à l’impasse politique, à la crise économique et à la montée des tensions sociales dans notre pays,

- l’absence de garanties pour une élection libre et loyale.

Il a rappelé que pour notre parti la plus haute priorité revient à la résolution de la crise multidimensionnelle qui menace la sécurité et la stabilité du pays ainsi que les fondements de l’Etat national.

M. Ali Benflis a souligné à cet égard, que la résolution de cette crise passe par l’entrée du pays dans la modernité politique, dans la rénovation économique et dans la réforme sociale.

Il s’est référé à sa proposition de sortie de crise, qui repose sur une démarche pacifique, négociée, consensuelle, graduelle pour engager le pays sur la voie de la transition démocratique. Il a affirmé que l’exigence de la transition démocratique demeure le dénominateur commun des partis d’opposition membres de l’ICSO, indépendamment de la participation ou de la non-participation à ce scrutin.

Sollicité pour donner son appréciation du cadre électoral mis en place pour ce scrutin, M. Ali Benflis a considéré que le dispositif législatif électoral actuel constitue une régression par rapport au régime électoral antérieur inique et inapte à garantir une compétition politique loyale et des élections caractérisées par la régularité, la probité et la transparence."

Plus d'articles de : Communiqués

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
Atala Atlale

Toutes ces littératures auraient pu être évitées si on avait refusé le tripotage de la constitution de 1996, imposé l'application de l'article 88, qui quoi que l'on dise il reste d'actualité. En ce qui concerne le regard des chancelleries étrangères sur notre pauvre pays, elles savent, elles, ce qu'il en est, exactement, mais leurs intérêts priment sur les nôtres. Les prochaines élections ; simple formalité comme d'autres.

avatar
oziris dzeus

ces experts européens doivent vraiment se demander pourquoi lhamam tar ne participe pas à ces élections, lui l'artisan de la mise en place du régime actuel,

quand lhamam tar dit, que le dispositif législatif électoral actuel constitue une régression par rapport au régime électoral antérieur,

il veut dire quoi au juste?

y a pas de régime () antérieur et régime () actuel c'est le même régime ()

pour la transition y 'en a eu trois :

1- la tentative de chadli, qu'on a fait capotée,

2- la courte période de feu boudiaf, qui s'est retrouvé seul face à toutes les mafia

3- la période zeroual qui a fait face seul lui aussi à la horde téléguidée par toutes les mafias,

lahmam tar doit comprendre une fois pour toute que la dernière chance pour l'algérie et les algériens de s'en sortir c'était avec zeroual et la constitution de 1996,

mais toutes les mafia étaient contre le projet zeroual et en premier lhmam tar qui est allé faire la promotion de l'actuel maitre absolu,

lhamam tar est au bas mot responsable de publicité mensongère, tromperie sur la qualité de la marchandise, et vente d'un produit de mauvaise qualité,

les experts européens lui posent cette question sur sa non participation parce que (peut être) que lahmam tar à déjà requis leurs présence dans un autre temps et sous le même régime pour le même genre de mission,

ces experts européens doivent perdre leur sens d'expertise sachant que lhmam tar est responsable de cette situation et cette crise multidimensionnelle, qui est en fait démentielle de part ses auteurs,