Présidentielle/France: Mélenchon monte dans les sondages et passe devant Fillon

Jean-Luc Mélenchon, candidat de la France insoumise.
Jean-Luc Mélenchon, candidat de la France insoumise.

Jean-Luc Mélenchon passe pour la première fois devant François Fillon dans les intentions de vote pour le premier tour de l'élection présidentielle qui placent toujours en tête Emmanuel Macron et Marine Le Pen, selon un sondage Kantar Sofres One Point pour Le Figaro, LCI et RTL publié dimanche.

Le candidat de la France insoumise gagne six points et est désormais crédité de 18% des intentions de vote, devant le candidat de la droite et du centre dont le score reste stable (17%) par rapport à la mi-mars.

Le fondateur du mouvement En Marche! et la candidate du Front national cèdent eux deux points, à 24%. Quant au candidat socialiste Benoît Hamon, il passe en dessous de la barre des 10%, à 9%.

Pour le second tour, Marine Le Pen serait battue à la fois par Emmanuel Macron(39 contre 61), François Fillon (45 contre 55) et Jean-Luc Mélenchon (43 contre 57).

Dans le cas d'un duel entre Emmanuel Macron et François Fillon, le candidat d'En Marche! l'emporterait face à l'ancien Premier ministre (66 contre 34). L'enquête a été réalisée en ligne du 5 au 7 avril auprès d'un échantillon de 1.515 personnes inscrites sur les listes électorales représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas.

A Marseille, le candidat de la France insoumise déroule ses idées devant une assistance conquise.

"Les rôles devaient être distribués et la France était vouée, paraît-il, à devoir choisir entre les deux extrêmes : l’extrême droite condamnant notre peuple multicolore à se haïr lui-même (...) et de l’autre côté l’extrême marchand, sorte de magie noire qui transforme la souffrance, la misère et l’abandon en or et en argent", a lancé le candidat de la France insoumise, visant Marine Le Pen (Front national) et Emmanuel Macron (En Marche!).

"Ca s’entend, ça se sent : la victoire est à portée de nos efforts", a estimé l'eurodéputé, évoquant une "incroyable et magnifique démonstration de force" qui a attiré, selon les organisateurs, quelque 70.000 personnes sur le Vieux-Port de Marseille.

Galvanisé par sa marche pour une VIe République du 18 mars et par plusieurs enquêtes d'opinion récentes qui le donnent à un souffle de François Fillon, Jean-Luc Mélenchon a choisi le thème de la paix pour nourrir une dynamique qui, semble-t-il, a réussi à capter l'attention d'une opinion déboussolée.

"Il est temps par dessus tout de mettre un terme aux guerres qui ravagent les pays", a-t-il dit, quelques jours seulement après une attaque au gaz imputée au régime syrien qui été suivie d'une riposte militaire américaine.

Avec Reuters

Plus d'articles de : Algérie-France

Commentaires (0) | Réagir ?