Affichage timide à Alger: la campagne électorale démarre dans l'indifférence.

Affichage timide à Alger: la campagne électorale démarre dans l'indifférence.

L'affichage, au premier jour de la campagne électorale pour les élections législatives du 4 mai, était on ne peut plus timide dimanche, les panneaux réservés à cet effet ne contenant que quelques affiches des partis et candidats indépendants sur les 17 listes, dont 15 formations politiques et deux listes indépendantes en lice dans la wilaya d'Alger, a-t-on constaté.

A Alger, notamment, à Kouba, Bach Djerrah, Bab El Oued, Rostomia, Ben Aknoun, Hydra, Hussein Dey, Bir Mourad Raïs et Ouled Fayet, peu de citoyens s'arrêtaient devant les panneaux pour prendre connaissance des listes en lice. L'étonnement était perceptible face à l'absence de certains partis à travers les panneaux d'affichage, au moment où la campagne électorale a démarré officiellement pour le compte de son premier jour.

Mohamed, retraité de l'Administration, tout en scrutant les rares listes affichées à Bach Djerrah, fait montre d'étonnement devant l'absence des supports des autres formations politiques.

"Je suis étonné par l'absence de la majorité des listes des partis politiques, alors qu'on est au premier jour de la campagne électorale pour les élections législatives", a indiqué Mohamed. "Il faut aller vers l'affichage électronique", a-t-il suggéré.

A Bab El Oued, le nombre de listes affichées varient entre 3 et 6 listes de formations politiques et indépendantes. Des citoyens interrogés par l'APS prévoient que "les partis vont se rattraper en matière d'affichage dans les prochains jours comme s'était le cas lors des élections législatives de 2012".

A Kouba, le nombre de listes des partis affichées ne dépassait pas le nombre de trois. Lamia, universitaire, a montré son "étonnement" par l'absence des affiches, affirmant qu'elle n'est pas intéressée par ces supports électoraux et préfère suivre la campagne électorale à travers les réseaux sociaux.

Au premier jour de la campagne électorale, les partis présents en matière d'affichage sont notamment, le Front de libération nationale (FLN), le Rassemblement national démocratique (RND), le Front El Moustakbel (FM), le Mouvement El Islah, l'Alliance du Mouvement de la société pour la paix (MSP) avec le Front de changement.

Dans d'autres communes, sont également présentes les affiches du Front des forces socialistes (FFS). Le vieux parti de l'opposition a préféré présenter son affiche avec la photo de son père fondateur, le défunt Hocine Ait Ahmed, sous le slogan "Pour un consensus national et populaire", au lieu de présenter la liste nominative avec photo des candidats.

Le Front national algérien (FNA) a exposé des affiches, sans toutefois présenter la liste des candidats du parti. Seul le portrait de son président, Moussa Touati, y figure.

Pour le cas des deux listes indépendantes en lice à Alger, leurs affiches étaient rares à travers les différentes communes de la capitale.

Des dépassements ont été, cependant constatés en matière de non-respect des espaces consacrés à chacun des partis. Ils ont été notamment constatés dans les quartiers de Bab El Oued et Ouled Fayet.

La campagne électorale est prévue sur 22 jours, ce qui permettra aux partis et indépendants en lice pour le scrutin d'exploiter rationnellement leurs espaces d'affichage, renforçant leur actions électoralistes en utilisant les TIC, les réseaux sociaux, l'affichage traditionnel et le travail de proximité à l'effet d'attirer les électeurs.

La wilaya d’Alger a consacré 1 480 espaces pour l’affichage des listes électorales au titre des législatives du 4 mai. Pour ces panneaux, elle a choisi un modèle unifié pour l’ensemble des communes, prenant en compte les conditions permettant leur consultation facile et celles à même d'assurer la circulation des piétons.

Avec APS

Plus d'articles de : Analyse

Commentaires (0) | Réagir ?