Un salon du livre à Boudjima du 20 au 22 avril

Un salon du livre à Boudjima du 20 au 22 avril

La commune de Boudjima (Kabylie) s’apprête, et pour la quatrième fois, à organiser le salon du livre éponyme, et ce du 20 au 22 avril 2017.

Cette année, la manifestation est dédiée au chantre de l’amazighité feu Mouloud Mammeri. Une conférence sera consacrée à cet homme de lettre hors norme. Cette conférence intitulée "Œuvre de Mouloud Mammeri : de la voix à la lettre, du cri à l’écriture" sera animée par l’Universitaire Malika Boukhelou. Beaucoup d’autres conférences et tables rondes sont programmées durant les trois jours que durera la fête du livre à Boudjima. Parmi les conférenciers retenus, on citera entre autres, Hend Sadi, Saïd Chemakh, Benmohamed… Durant les trois dernières éditions, les organisateurs, à leur tête l’APC de Boudjima, ont réussi le pari de réunir les amoureux de la lecture avec les ténors de la littérature algérienne. Cette fois-ci encore, beaucoup de sommités figureront à l’affiche à l’image de Youcef Merrahi, Saïd Sadi, Amine Zaoui, Nouredine Saadi, Nacer Boudiaf, Chawki Amari et tant d’autres illustres écrivains dans l’enceinte de la bibliothèque communale qui porte depuis l’année passée le nom du célébrissime dramaturge Mohya que l’Algérie officielle veut à tout prix bannir de la mémoire collective malgré une aura internationale indéniable.

Lors de ce salon 2017, Saïd Sadi animera une conférence sur "le rôle des poètes kabyles dans la résilience amazighe" à l’occasion de la sortie de son nouveau livre sur le monumental artiste feu Dda Cherif Kheddam.

Cette année, on apprend par la voix indiscrète de quelques organisateurs approchés que pas moins d’une cinquantaine de maisons d’édition seront à l’affiche. Des maisons d’éditions qui afflueront de tout le territoire national. Et pour la première fois, un éditeur tunisien participera à cet événement colossal dans la petite commune de Boudjima mais néanmoins ambitieuse. On notera aussi la présence symbolique d’auteurs tunisiens (Amina Arfaoui, Seif Allah et Leila Blili, Aziz Krichen… et d’un autre italien (Nicolaï Ricardo) pour présager d’un avenir international du salon dans les années à venir. "Et pourquoi pas ?" assure un des organisateurs.

En plus des grands noms d’écrivains cités plus haut, la chance est donnée aux novices de la région, à l’image du romancier et poète Rabah Benamghar, Lounés Ghozali, Ammar Idjerouidene, Warda Akif, Hanane Bourrai qui se fraient doucement un chemin dans le monde de l’écriture. Malgré les faibles moyens dont dispose la municipalité, les organisateurs mettent les bouchées doubles pour réunir toutes les conditions nécessaires afin de réussir cette quatrième édition qu’ils espèrent aussi grandiose que les précédentes. "Nous espérons une affluence record pour cette année et nous ferons en sorte que toutes conditions soient réunies pour cela. Ce salon s’est imposé à nous et nous ferons tout pour être à la hauteur des attentes", nous déclare un des organisateursde cette foire culturelle.

La commune de Boudjima, en collaboration avec les associations LYRA, ANZA, ACABM, un "Livre, une vie", LACD, offre un plateau inespéré à la filière du livre pour aller à la rencontre des amoureux de ce dernier. Nous savons par expérience que les hommes et les femmes qui activent dans ce cadre feront tout pour être la fierté de la minuscule commune de Boudjima. Une minuscule commune dans les moyens, une grande commune dans les rêves. Ce salon du livre est le meilleur cadeau qu’elle puisse offrir comme héritage à ses enfants en ces temps de jachère et de désert culturels qui précipitent nos enfants dans des bouées pneumatiques vers les abysses des eaux mortelles.

B.A.B

Plus d'articles de : Algérie

Commentaires (0) | Réagir ?