Mustapha Berraf - Ould Ali : une guéguerre à distance sur fond d'élections

Mustapha Berraf
Mustapha Berraf

Le président sortant du Comité olympique et sportif algérien (COA), Mustapha Berraf a indiqué mardi à Alger que sa décision de postuler, ou non, pour un nouveau mandat à la tête du COA, sera étroitement liée à son aptitude physique à assumer cette responsabilité.

"Tout dépendra de l'évolution de mon état de santé. Je discuterai prochainement avec mon médecin et c'est en fonction de ce qu'il me dira que je déciderai" a encore justifié Berraf en conférence de presse.

Les journalistes présents avaient acculé Berraf, avec l'espoir de lui soustraire une réponse claire concernant son intention, ou non, de briguer un nouveau mandat à la tête du COA, mais l'ancien basketteur a maintenu le suspense, en répétant à chaque fois qu'il prendra sa décision au moment opportun."L'Assemblée ordinaire est prévue le 29 avril, et l'élective 15 jours plus tard, vers le 14 mai, ce qui me laisse plus d'un mois pour y réfléchir. Donc, pourquoi précipiter les choses ?" s'est encore demandé le président sortant du COA.

Interrogé si un éventuel retrait de sa part serait dicté par le ministère de la Jeunesse et des Sports, comme cela a été le cas pour certains présidents de Fédérations, ayant été empêché de briguer de nouveaux mandats à la tête de leurs instances respectives, Berraf a nié tout en bloc, affirmant que "le COA est une structure libre et indépendante", ajoutant que "personnellement", il prendra sa "propre décision" et sans "aucune pression".

L'absence au Musée olympique du ministre de la Jeunesse et des Sports, El Hadi Ould Ali, alors qu'il était invité à la cérémonie destinée à honorer l'équipe du FLN avait amplifié la polémique sur l'existence d'une éventuelle tension entre le MJS et le COA, mais là encore, Berraf a tout nié en boc.

"J'ai déjeuné avec le ministre Ould Ali pas plus tard qu'hier. C'est vous dire que les relations son très bonnes entre nous, et s'il n'est pas venu aujourd'hui, c'est uniquement pour des considérations professionnelles, car il doit effectuer une visite de travail à Biskra" a-t-il détaillé.

Selon des informations publiées en janvier dernier dans la presse, Mustapha Berraf a été au coeur d'un rapport établi par l'Inspection générale des finances (IGF). Ce dernier révèle plusieurs irrégularités et contrats douteux, dont une affaire de surfacturation de plus de 100 000 dollars américains (USD). L'information rendue publique par le Reporter évoque notamment entre autres le contrat ayant trait aux travaux de revêtement synthétique de la piste d'athlétisme du Centre Olympique de Djurdjura à Tikjda le tout pour la bagatelle dee 300 000 dollars.

Le marché a été attribué sans appel d'offres à l'entreprise IRS Derrich- Boumerdes et conclu en divises (une anomalie). Il n'y a pas que ça, on se souvient des athlètes algériens comme Mekhloufi, Mahour Bacha et Larbi Bourrada qui ont accusé Berraf et Brahmia, patron de la commission de préparation au JO de mentir, de détournement de biens de l'Etat à des fins personnelles et de privilégier des connaissances dans la délégation.

Toutes ces affaires semblent convaincre le ministre de la Jeunesse et des sports de barrer la route à Berraf pour l'élection au COA.

La rédaction/APS

Plus d'articles de : Sport

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
Massine Ait Ameur

je n'ai jamais vu autant de gens avec le nom "Ould" au pouvoir! Ca sent la marocainerie arabo-khorotoiste a distance. Pauvre Algerie.

avatar
abdelga anldalibe

Barakat klitoufiha bezzaf, Il va être le prochain, sur la selette