APW de Batna : les projets de tramway, stades et hôpital mis aux oubliettes

La wilaya de Batna.
La wilaya de Batna.

La première session ordinaire de l'Assemblée populaire de wilaya (APW) de l'année 2017 a

Différents aspects de la vie des 1.200.000 habitants de la wilaya ont été abordés. Ainsi une enveloppe budgétaire s’élevant à 1500 milliards a été optée pour 2016 ainsi que la consolidation des résultats acquis en matière de développement et socioéconomique des 61 communes de la wilaya. Les perspectives économiques, l'emploi, la santé, le logement, l'éducation, le secteur de l'environnement, le sport et tous autres ont fait l'objet de nombreuses interventions des élus. Il ressort, cependant, que cette session ressemble à toutes celles qui ont précédé. Elle n'a pas servi à confirmer les ambitions locales dans le sens d'un développement économique. La cession a pris une autre tournure concernant la construction illicite qui a pris de l'ampleur dans la wilaya, qui d'ailleurs et à ce fait le wali, Mohamed Sellamani, ne s'est pas empêché de montrer sa colère envers plusieurs responsables et élus les accusant de fermer les yeux devant pareille situation. Le traitement des constructions illicites est l'objectif prioritaire, a-t-on entendu.

Cité comme exemple, à Hamla, dite la nouvelle ville, un citoyen a construit un kiosque en plein centre d'un espace de jeu destiné pour les enfants de la cité. En outre, le directeur d'une école située dans la commune d'Ouled Fadel s'est permis de construire un garage probablement un magasin d'alimentation à l'intérieur de la cour (la façade fait face dans la rue). Dans les deux cas, la responsabilité des maires est sérieusement pointée. Il y a aussi la construction d'un ou des logements ruraux réalisés sans doute avec une autorisation attribuée par le maire de Fesdis… D’autres cas de constructions réalisées en plein centre-ville de Batna sans la moindre insouciance, tel qu'un immeuble bâti sur la base d’un permis de construction pour un seul étage qui s'est vite transformé en R+5. On a appris, cependant pour ce cas, par le maire Karim Marok, que cette affaire est portée devant les tribunaux.

La majorité des interventions ne se sont pas inscrites dans une perspective de recherche de solutions. Il s'agissait beaucoup plus de constations individuelles ou de groupes (commissions) de situations vécues ou dénoncées par des citoyens. Rien n'a été dit sur la création ou la mise en place de nouveaux programmes en matière de réaménagement du territoire, d'aménagement des zones rurales, d'extension des compétences des communes, notamment dans le domaine de l'habitat, de la santé, de l'emploi, l’éducation la situation des grandes surfaces et autres patrimoines immobiliers propriété des Domaines.

Certes, les élus ont effleuré des questions sur des secteurs prioritaires comme les infrastructures de base, la formation professionnelle et l'apprentissage, qui plus en moins a donné un résultat très satisfaisant ces derniers temps, l'enseignement supérieur, l'environnement est oublié et la qualité de vie, la sécurité urbaine, les réfectoires dans les écoles, le chauffage dans les salles de classes, les infrastructures scolaires et les infrastructures communales à l'abandon, ...

Rares ont été les propositions avancées pour mettre un terme à telle ou telle situation préjudiciable aux citoyens. Le wali Sellamani Mohamed a annoncé le financement de la réalisation de quelques projets sur le budget de la wilaya. D’autres intervenants ont tout de même mis le doigt sur le gel ou l'oubli des grands projets qui étaient prévus et devaient être réalisés, mais en vain, tels que le grand hôpital, le tramway, le stade, etc. Les questions restent posées à ce sujet, notamment le projet de l’hôpital qui devrait être traité en priorité, sachant que la wilaya de Batna est devenue une plaque tournante pour les malades de plusieurs wilayas, y compris le grand sud. La question de la construction d’un grand hôpital reste toujours posée.

De Batna, Abdelmadjid Benyahia

Plus d'articles de : Algérie

Commentaires (0) | Réagir ?