La communauté chinoise s’en prend aux policiers à Paris

La communauté chinoise mobilisée contre la police après la mort d'un des leurs.
La communauté chinoise mobilisée contre la police après la mort d'un des leurs.

Pour la troisième nuit consécutive, plusieurs centaines de personnes de la communauté chinoise de Paris se sont rassemblées le 29 mars au soir sur le parvis de l'Hôtel de ville munies de banderoles et aux cris de "Police assassins".

La si silencieuse communauté chinoise serait-elle en train de muter ? Après la mort d’un Chinois tué par la police dans le XIXe arrondissement de Paris dimanche dernier, les Chinois de France sont vent debout contre la police française. Rassemblements, affrontements avec la police, cette communauté qu’on disait paisible se montre sous un nouveau visage. Dans la nuit du 27 mars, "trente-cinq personnes ont été arrêtées" lors du rassemblement d'environ 150 personnes appartenant à la communauté asiatique devant le commissariat du 19e arrondissement, selon la préfecture de police de Paris.

Le climat est tendu et le Web chinois s’enflamme, échauffé par les protestations officielles émises par le ministère chinois des Affaires étrangères et un éditorial apparu hier mercredi dans la presse officielle, qui s’en est pris à la France en estimant que la mort de la victime "ne pourra en aucun cas être pardonnée".

Sur Sina Weibo, le Twitter chinois, plus de 710 000 internautes ont posté leurs commentaires, parfois très virulents : «Les policiers traitent les résidents chinois comme des chiens, ils ont abattu notre compatriote comme un chien". Un autre estime qu’il vaut mieux rester en Chine puisqu'"il n’y a pas de discrimination raciale ici».

"La Chine est plus forte que la France, il faut que Pékin mette le gouvernement français sous pression", exige un internaute nommé Yueliang Yuan. D’autres appellent leurs compatriotes à exprimer leur colère dans la rue : "Il faut que les résidents chinois à l’étranger s’unissent pour obtenir justice". Ou encore : "C’est inutile d’attendre le résultat de l’enquête, il faut manifester."

"Allez les patriotes" !

Déjà très fermés et ne faisant travailler que les membres de leur communauté, les Chinois s'enflamment et multiplient les appels au boycott des produits français. "Allez les patriotes - boycottez les supermarchés Carrefour", lance Sui Yue. Un autre menace Citroën de représailles et quelqu’un renchérit : "Il faut boycotter les produits français jusqu’à ce que la France présente ses excuses."

Parmi les nombreux commentaires, on trouve aussi cette question qui fait référence à la chute du nombre de touristes chinois après les attentats à Paris : "Comment la France peut-elle attirer plus de visiteurs chinois si elle ne contrôle même pas sa police ?"

Concernant la mort de Saoyo Liu, la version des faits relayée par la police, selon laquelle Saoyo Liu aurait agressé un agent de la BAC qui intervenait pour un différend familial, est contestée par la famille.

La rédaction avec RFI

Plus d'articles de : Algérie-France

Commentaires (0) | Réagir ?