L’ex-présidente de la Corée du sud destituée puis arrêtée pour corruption

ex-présidente sud-coréenne Park Geun-hye
ex-présidente sud-coréenne Park Geun-hye

Empêtrée dans une vaste affaire de corruption, Park Geun-hye a été arrête ce vendredi 31 mars (heure locale). Empêtrée dans un vaste scandale de corruption, l'ex-présidente sud-coréenne avait été destituée le 10 mars.

La désormais ex-présidente sud-coréenne Park Geun-hye a été arrêtée tôt ce vendredi dans le cadre du scandale pour corruption ayant mené à sa destitution, a indiqué un porte-parole du tribunal chargé de statuer sur cette affaire.

Après une audience marathon la veille, le tribunal central de Séoul a émis un mandat d'arrêt contre l'ex-présidente pour corruption et abus de pouvoir, ainsi que pour avoir livré des secrets gouvernementaux. L'ancienne présidente sud-coréenne Park Geun-Hye a comparu pendant neuf heures ce jeudi devant un tribunal de Séoul.

Pâle, la mine sombre, l'ex-présidente sud-coréenne (65 ans) n'a pas prêté attention à la foule de journalistes et de photographes qui l'attendait à son arrivée au tribunal et ne s'est pas exprimée non plus quand elle en est sortie. Elle peut être maintenue en détention pour une période pouvant aller jusqu'à 20 jours.

La descente aux enfers de l’ex-présidente a débuté en milieu d'année dernière avec les révélations sur les agissements de son amie de 40 ans et sulfureuse confidente de l'ombre, Choi Soon-Sil, qui n'occupait aucune fonction officielle.

Les révélations s'accumulant, l'Assemblée nationale a décidé début décembre de destituer la présidente afin de lever son immunité qui empêchait la justice d'enquêter sur elle. Sa destitution validée le 10 mars par la Cour constitutionnelle.

Cette mesure de destitution est très rarissime, même dans les pays développés. L'autre cas est celui de l'ex-présidente brésilienne Dilm Rousseff. Elle a été destituée, elle aussi, en août dernier pour une affaire de "maquillage de comptes publics". Des décisions et mesures qui ne risquent pas d'être prises au sein de notre respectable démocratie au grand bonheur des citoyens algériens !

La rédaction/AFP

Lire aussi :

- La Cour constitutionnelle limoge la présidente de la Corée du Sud

- Corruption : les députés sud-coréens votent la destitution de la présidente

- Accusée de corruption, la présidente sud-coréenne devant la justice

Plus d'articles de : International

Commentaires (1) | Réagir ?

avatar
Rabah IBN ABDELAZIZ

Une décision du genre aurait était un Honneur à l'Algérie et son peuple : destituer bouteflika pour corruptions et trahisons envers la nation Algérienne ?. Mais au pays de myckey : c'est un honneur et prestiges d'êtres le roi des corrompus, voleurs, et traîtres envers le pays et son peuple :tapis rouge pour khallil, ould kaddour, drabki, haddad, bouchouareb et sans oublier le khanzir d'elmouradia ?. Voila l'Algérie colonisé par une brouette ?.