Rappel très "amical" de Zouaoui Benhamadi à Hamid Grine !

Zouaoui Benhamadi.
Zouaoui Benhamadi.

Hamid Grine, ministre de la Communication, a envoyé deux circulaires aux chaînes de télévision sans en avertir l'Autorité de régulation de l'Audiovisuel (ARAV)

Les rappels à l'ordre et autres admonstations du ministre de la com ne sont pas nouveaux. Cependant depuis l'installation de l'ARAV, celle devait être ce gendarme de l'audiovisuel qui manquait. Dans la présentation de l'Arav il est précisé qu'elle est née pour "faire respecter la loi en toute transparence, de par l'accomplissement de ses missions et le respect des prérogatives organisationnelles et consultatives. Elle garantit également la mise à niveau du secteur audiovisuel en vue de son adaptation rapide au contexte des changements mondiaux".

La mise en place de l'Arav depuis juin 2016 déjà n'a pas empêché le ministre de reprendre ses vieux réflexes et de jouer au père-Fouettard. Bon prince, pour le moment, Zouaoui Benhamadi a réagi à la dernière décision du ministre avec tact. Il a affirmé jeudi que l'Arav n'avait pas été sollicitée pour donner son avis sur le contenu de la charte et de la circulaire régissant la couverture médiatique des prochaines législatives, deux décisions revenant à Hamid Grine seul. Comble de cette instance souveraine censée réguler, contrôler et régler les différends du secteur audiovisuel ? Non seulement le ministre n'a même pas consulté l'Arav mais celle-ci a appris le contenu des deux documents dans la presse comme tout le monde !

En effet, le président de l'Arav a reconnu que son instance avait reçu, il y a quelques jours, une copie des deux documents dont "elle a pris acte, comme tout le monde". Pire l'ARAV n'avait pas été sollicitée pour donner son avis sur leur contenu, précise le président.

Crime de lèse-majesté ? Non, assure l'Arav. Il n'est pas question pour le président de l'Arav d'entrer en conflit avec le ministre. Zouaoui Benhamadi n'est pas dans cette démarche. Il a pris même le soin de préciser que "le ministère de la Communication est libre dans ses décisions et assume ses responsabilités".

Ne voulant sans doute pas insulter l'avenir, Benhamadi a souhaité voir s'instaurer "une meilleure concertation entre les deux parties" pour les prochaines fois. Sera-t-il entendu par le ministre Grine ?

Yacine K.

Plus d'articles de : Algérie

Commentaires (1) | Réagir ?

avatar
Mourad BENKALFATE

Pour M. BENHAMMADI Ne vous mettez pas en colère. Les vieux réflexes ne se perdent pas facilement.

Pour M. Yacine K. On dit admonestations et non admonstations.