L'équation insoluble !

En manque d'imagination, les tenants de la décision sont en réalité incapables de sortir le pays de la paralysie.
En manque d'imagination, les tenants de la décision sont en réalité incapables de sortir le pays de la paralysie.

Que réservent les jours à venir pour l'Algérie ? L'austérité est-elle appelée à durer et à sévir durement, dans le corps de la société ?

Comment les autorités vont-elles s'y prendre désormais, alors que les caisses sont presque vides et les recettes diminuent, à vue d'œil ? Ces dernières disposent-elles, par exemple, d'un plan "B" pour le long terme, à part cette perspective, très hypothétique, de la montée des prix du baril du pétrole ? Ont-elles les moyens de leurs ambitions concernant le plan quinquennal (2014-2019), promis par le Président Bouteflika, pour renforcer, comme on lit dans la brochure de sa candidature, «une croissance forte et soutenue» ? Et si l'inflation continue à ce rythme infernal, les citoyens supporteront-ils, vraiment, pour longtemps le poids de la flambée des prix des produits alimentaires surtout qu'on est aux portes du Ramadhan, un mois propice à toutes les spéculations ?

A vrai dire, le risque d'émeutes du pain n'étant guère éloigné, en Algérie, au regard de la situation critique qu'on vit actuellement. D'autant que les masses sont sur le gril, les épaules grevées par un pouvoir d'achat dérisoire et les officiels fuient leurs responsabilités, en se réfugiant dans le populisme et le déni de la réalité.

Mais qui va payer les pots cassés ? Dans quelles circonstances ? Et à quel prix ? Voilà le problème ! Lorsqu'on entend, par le biais des médias, cette nouvelle, pour le moins, sensationnelle, de la suspension des domiciliations bancaires pour les produits finis, laquelle vise, en principe, la réduction de la facture très salée de l'importation dont 7,8 milliards de dollars sont, comme l'aura bien rappelé le ministre du Commerce Abdelmadjid Tebboune, des produits superflus, puis, moins de deux jours plus tard, une instruction contraire à la première, émane directement du Premier ministre, on s'interroge d'abord s'il y a un centre de décision unique, en haut de la hiérarchie.

Car les sons de cloche semblent s'entrechoquer dans une repoussante cacophonie, au point de mettre dans l'embarras, et les opérateurs et les partenaires économiques. Un très mauvais signe pour une économie de rente, déjà mal en point, pouvant vite dégénérer en perte de confiance des investisseurs locaux et étrangers (climat d'affaires peu rassurant). Le second point d'interrogation qui surgit de cette actualité riche en rebondissements est le suivant : une mesure non concertée ni moins encore étudiée, peut-elle résorber les 17 milliards du déficit commercial creusé, au cours de l'année 2016, seulement ? Presque de l'impossible ! Puis, pourquoi nos décideurs ont-ils attendu, jusqu'au jour d'aujourd'hui, pour se retrousser les manches et se mettre à assainir un secteur économique des plus pollués ? Les rentiers et les barons de l'import-import leur font-ils, à ce point, peur ou ces réticences-là dénotent, uniquement, d'un manque de compétence managériale ? D'aucuns assurent que c'est du "protectionnisme économique" afin de booster une production locale, au stade léthargique, d'autres, par contre, sont formels sur le fait que des cercles officieux tentent un coup monté ou une manœuvre politicienne, sans aucune dimension stratégique, contre les lobbies qui gangrènent ce créneau de l'importation, sur fond de guéguerre de clans et d'échéances électorales.

Kamal Guerroua

Plus d'articles de : Chroniques

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
mourad fakou

Après les legislatives, tout sera clair et il y aura beaucoup moins de questions à poser car Chakib Kheli sera désigné par le FLN comme Chef de gouvernement et futur candidat à la présidence. Qui paiera? le peuple algérien. Bien sûr, cette désignation risque de créer un Brixit géant. Le peuple n'a rien dit quand on lui a annoncé que la vache à lait qui le nourrit a été donné à un traitre condamné par la justice. Mais attention, la nomination de Chakib Lhelil risque de détruire l'unité algérienne. RV au mois de mai 2017

avatar
Hend Uqaci Ivarwaqène

Awah, c’est pour ça que j’ai décidé de faire mon oraison funèbre moi-même de mon vivant.

J’ai dit ith djadarmith enni que quand je vais clamser je voudrais être incinéré, elle m’a répondu : achouth inrinici agui ! Puis j’ai décidé de ne pas m’occuper de ma mort de mon vivant. Quand je serai mort je verrai ce que je vais faire.

Je pense que les membres de la mosquée sont plus cohérents. D’abord parce que Boureb parlant arabe, n’est-il pas normal de causer arabe quand illayhi radji3oun ? Yaa3ni sikwa une oraison religieuse musulmane en kabichou. Il y a kamim un protocole à respecter, des sourates appropriées, nagh khati ?

Dayor nekini je croyais qu’on arrête d’être kabyle quand on meurt. Nagh waqila c’est l’inverse ?