La vente des matches, une activité florissante en Algérie

Beaucoup reste à faire pour assainir le football national
Beaucoup reste à faire pour assainir le football national

Les matches de football se négocient et se vendent comme des petits pains à chaque fin de saison en Algérie.

Pour éviter une relégation ou pour assurer une accession, d’aucuns n’hésitent pas à monnayer les trois points d’une rencontre. Et comme l’entente est parfaite entre le corrompu et le corrupteur, la FAF, la LFP et autre justice n’y verront que du feu.

Dans certaines localités du pays, des présidents de clubs sont devenus riches rien qu’en vendant des matches. Leur "technique" consiste à faire le forcing durant la phase aller pour assurer le maintien de leur équipe et entament ensuite des négociations avec les éventuels acheteurs. Bon an, mal an, ils vendent entre deux et trois matches, voire plus.

Certains présidents, malins comme des renards, achètent leurs matches auprès d’intermédiaires, dans la semaine, ou carrément auprès de l’arbitre, le jour du matche, des fois à la mi-temps. Les intermédiaires négocient avec quelques joueurs et surtout le gardien de but, lesquels, en cas d’entente, lèveront le pied. En cas d’entente avec l’arbitre de la rencontre, celui-ci officiera vicieusement, et si ça ne marche pas, il accordera un pénalty. D’où la multiplication des penaltys durant la phase retour des championnats.

Si en Ligues 1 et 2 la vente des matches se fait en catimini, dans les divisions inférieures elle se fait presque au vu et au su de tous. Certains matches vendus ont défrayé la chronique au point que leur prix a fini par être connu y compris par les services de sécurité.

Et gare à celui qui oserait aller fouiner dans les affaires louches des vendeurs de matches. Il risque tout simplement de recevoir la visite de voyous rétribués pour faire peur aux empêcheurs de trafiquer en rond. Les correspondants des journaux spécialisés en football en savent quelque chose !

Ahcène Bettahar

Plus d'articles de : Sport

Commentaires (1) | Réagir ?

avatar
oziris dzeus

une bonne technique commerciale pour se faire de l'argent en foot,

faut acheter les matchs pendant la phase aller, les prix sont abordables

et vendre pendant la phase retour où on fait jouer les enchères donc on vend à qui paye le plus, sans oublier qu'il faut d'autres paramètres, l'un deux est tout faire pour faire descendre au palier inférieur le ou les autres clubs de sa ville ou sa wilaya pour bénéficier d'une partie importante des subventions publique, communales ou de wilaya, et tout sans sortir de grandes écoles ou universités, c'est ça le grand gâchis

, ces affairistes du milieu foot peuvent couler une banque ou une entreprise mondiale en un temps record,