Médias et radicalisation au centre des débats des spécialistes de l’information à Nice

Près de 4000 personnes sont soupçonnées de radicalisation islamiste en France.
Près de 4000 personnes sont soupçonnées de radicalisation islamiste en France.

La ville de Nice, au sud-est de la France, abritera ce vendredi 24 et samedi 25 mars, un colloque qui abordera pour la première fois l’approche des médias dans la région méditerranéenne sur le thème de "la radicalisation".

Les portes seront ouvertes au public qui pourra assister à un sujet d’actualité qui traverse la société française : "la radicalisation" islamiste. Des enseignants-chercheurs, des doctorants et des journalistes sont invité pour animer le débat qui aura lieu à la faculté de Droit de la ville de Nice (France). Sous l’égide de l’Ecole de journalisme (EDJ) de Nice, l’événement aura pour objectif "d’aider les jeunes journalistes à mieux comprendre les phénomènes de radicalisme et à mieux les appréhender".

Les professionnels de l’information, à l’instar de Marika Bret (Directrice des Ressources humaines Charlie Hebdo), Marie Boselli (Directrice de l’Ecole du journalisme- Nice), et bien d’autres, "communiqueront les réflexes à avoir en cas de confrontation avec ce phénomène. Le but étant de donner à chaque personne présente les automatismes nécessaires afin d’éviter des raccourcis qui pourraient porter préjudice au traitement de l’information", fait savoir Yasmina Touaibia, docteur en Sciences politiques, chargée d’enseignements, à l’EDJ de Nice.

Les régions du bassin méditerranéen en général, et la France en particulier, sont concernées directement par la radicalisation des idéologies qui semble gagner du terrain de jour en jour et du développement de l’intégrisme dans toutes ses formes. Il n’existe pas d’explications à ce parcours, mais des recherches ont abouties à des résultats divers sur l’intégrisme et les causes de la radicalisation.

Notre interlocutrice présentera sa communication sous le thème «la démocratie dans le discours politique des islamistes algériens : une remise en cause de la distinction islamisme modéré - islamisme radical". D’après elle, la France est, à l’instar de l’Algérie et de la Tunisie, confrontée aux tragiques évènements liés au développement de la violence islamiste. Parallèlement, notamment dans les pays de la rive nord de la Région se sont développés des mouvements xénophobes mettant également à mal la cohésion des peuples et des sociétés ainsi que le dialogue entre les deux Rives. Cette situation est nourrie par de nombreux facteurs.

Ce colloque permettra de soulever le point et d’éclairer les lanternes par le biais de "l’outil médiatique" qui "est au centre des problématiques de radicalisation», ajoute Mme Touaibia qui accentue sur le fait que "les médias jouent un rôle important dans le processus de radicalisation". La mise à disposition de cet outil est indispensable pour lutter contre "les amalgames". De ce fait, les acteurs médiatiques ainsi que les professionnels de l’information ont un rôle essentiel dans la prévention et la lutte contre les radicalismes.

De Nice, Mounir Outemzabt

Plus d'articles de : Algérie-France

Commentaires (0) | Réagir ?